Les créations de Phia Ménard ne laissent pas le spectateur indifférent. Cette performeuse a le don de l’entrainer dans son univers singulier. L’artiste a créé P.P.P. alors qu’elle n’était pas encore Phia mais plus complètement Philippe, elle est transsexuelle. On pourrait penser cela n’a pas d’importance. Cela n’en a plus vraiment dans ses créations ultérieures. C’est capital dans P.P.P., dont le thème est le changement de peau, de personnalité, au plus profond.

Ancienne jongleuse, elle décide un jour de rompre avec son art pour qu’on la regarde, elle se met en scène dans une performance éblouissante où son partenaire est la glace. Sous forme de balles suspendues au plafond, de siège, de plateau. Au fil de la représentation et des tableaux chorégraphiés, des balles viennent s’écraser au sol, la glace fond.

Comme l’artiste, elles passent d’un état à un autre. On est saisi par la beauté plastique du spectacle et par la performance de Phia, troublante.

Les avis sont partagés à la sortie. Il y a ceux qui sont totalement emballés. Ceux qui restent de marbre. Ceux qui pensent c’est beau mais un peu creux. Sauf que l’artiste revient sur scène pour rappeler le sort des transsexuels. Pour l’administration ils n’ont plus d’identité ! Ils n’existent pas ! Ces spectacles ont un combat. Allons la soutenir.

MCH

P.P.P.,
Mercredi 12 octobre
Théâtre Molière, avenue Victor Hugo, Sète.
Tél. 04 67 7466 97.
www.scenenational-sete-bassindethau.com