Portrait d’artiste  Fabien  AUSTRUY, Mannequin, comédien et metteur en scène  : « Ma vie n’est pas de la figuration »

Ne vous fiez pas aux apparences… Sous son regard de ténébreux séducteur, l’homme aux multiples visages joue de son physique mais pas son âme ! Il avoue avec sincérité faire preuve de bienveillance et d’altruisme, être susceptible, adorer les chiens, amis fidèles et compagnons de tous les instants. Sa couleur préférée est le bleu comme la beauté de la mer, l’immensité du ciel et aussi les bleus au coeur. Entre théâtre, défilés de mode, shootings photos, Fabien Austruy se consacre aussi à l’éducation de nos enfants et leur initie les bases du théâtre… l’autre école de la vie. Artiste complet, homme de terrain et de lumière, il se prête volontiers aux jeux du professeur diseur, conteur. Comique ou tragique, le comédien personnage séduit, conquiert et dompte son public. Au-delà du physique, il y a cette profondeur d’âme étincelante qui éclaire le regard de l’autre.
Rencontre…

– Fabien Austruy vous êtes mannequin, comédien, metteur en scène, professeur de théâtre et enseignant. Où puisez-vous toute cette énergie ?
« La passion de transmettre, d’apprendre  et de s’investir chaque jour pour améliorer notre vision des choses et de notre quotidien. Pour mon équilibre physique et mental, je pratique le Cross Fit américain une pratique sportive pluridisciplinaire qui regroupe l’haltérophilie, la gymnastique et les sports d’endurance. J’ai également  besoin d’une vie citadine mais avec un retrait à la campagne. »

– Si vous deviez choisir une seule de vos activités, laquelle vous semble indispensable à votre vie, à votre équilibre ?
« Sans hésiter le théâtre, paysage de l’âme qui est un engagement physique, émotionnel et intellectuel, une découverte et une connaissance de soi, un art qui résume à lui seul ma façon d’être et ma manière de penser. »

– Vous avez suivi les cours Florent à Paris, qui sont une référence dans le métier. Quelles sont vos ambitions artistiques ?
« Comme de nombreux comédiens, j’aimerais pouvoir vivre de mon art et offrir en partage ma passion de la scène mais cela demande du temps, de l’expérience, des rencontres et  une part de chance ou de hasard. L’avenir me le dira… »

– Le théâtre et l’enseignement sont les écoles de la vie. Diriez-vous que c’est un rôle de composition ?
« Les cours que j’enseigne à petits mes élèves dans le primaire, ressemblent à une pièce de théâtre autant dans l’implication, l’explication que la réalisation. Les enfants sont très instinctifs, ils ne se posent pas les mêmes questions existentielles que les adultes. Ils se fondent avec naturel et spontanéité dans un rôle qu’ils adaptent à leur vision du monde. C’est cela que l’on appelle la magie de l’enfance qui m’offre de découvrir chaque jour un monde nouveau et me conforte dans l’authenticité de mon engagement. »

– Les enfants font partie intégrante de votre quotidien. Diriez-vous que vous avez gardé une âme d’enfant ? « Oui sans doute, j’espère avoir garder ce sens inné de l’observation, de l’écoute et de cette analyse instinctive que possède les enfants. Ne sommes nous pas tous d’éternels enfants ? »

– En qualité de metteur en scène vous apprécier revisitez les classiques du théâtre de boulevard et particulièrement ceux de l’équipe du Splendid. Votre première réalisation à 21 ans était une version très personnelle de la pièce « Bunny’s Bar » de Josiane Balasko et en 2020 vous adaptez votre vision de l’inoubliable comédie à succès « Le père Noël est une ordure » Pourquoi ce choix ?
« Pour faire découvrir régionalement l’art du théâtre de boulevard, apporter au public de la lumière, de la joie, de la bonne humeur. Quoi de plus magique que d’entendre des éclats de rires dans la période plutôt sombre que nous traversons. Ces pièces de théâtre caricaturales de notre société n’ont en fait pas pris une ride et soulèvent toujours autant d’interrogations. Si actuellement la culture est silencieuse et que l’on ne peut plus s’exprimer et jouer en public, il faut continuer à offrir du rêve et exister par la voix des médias et des réseaux sociaux. »

Puisque nous évoquons le rêve, en 2016 après 20ans de théâtre dont 12 en qualité de professeur dans différentes compagnies, vous créer votre propre compagnie à Rodez ?
« Oui c’est ainsi qu’est née la troupe de théâtre Stichomythie & Compagnies puis l’école pour enfants

Les Stichomykids (entre 7 et 12 ans) et celle pour adolescents Les Stichomyteens (entre 13 et 17 ans).Ces 2 écoles  comptent aujourd’hui une cinquantaine d’élèves, passionnés et motivés, qui affichent un dynamisme de tous les instants et m’apportent une réelle sérénité. C’est une avancée positive dans l’objectif du rôle de mon engagement  personnel pour un éveil culturel éducatif. »

-Votre physique et votre personnalité vous ouvre les portes de la mode,vous faites partie du catalogue de quelques agences de mannequins, êtes-vous conscient de ce don du ciel ? « Non pas vraiment (rires…) j’ai beaucoup de recul par rapport à cela, pour être vraiment sincère je n’y pense pas, je suis trop attentif aux autres pour m’attarder sur mon apparence. J’attache plus d’importance à la beauté du coeur, à l’intelligence et aux émotions  transmises dans le regard  de l’autre  plutôt qu’à son apparence physique, ma devise dans ce cas pourrait être l’humain avant tout ! »

– Être comédien lorsque l’on est mannequin, est-ce un atout complémentaire ?
« Sans doute oui car l’on peut s’identifier plus facilement à un personnage adapté à la tenue que l’on porte. Lorsque je présente une collection sur un podium ou lors d’une séance de photos, je suis en représentation comme lorsque je joue un rôle sur les planches. Ce qui explique sans doute pourquoi aujourd’hui de grands créateurs font défiler des comédiens sous les feux de la rampe. »

-Vous êtes toujours célibataire et paradoxalement vous vous marier chaque saison  aux bras de séduisantes jeunes femmes lors des collections de robes de mariées !
« C’est à la fois un avantage et un inconvénient de pouvoir se marier à de multiples reprises tout en conservant sa liberté et son célibat  mais c’est aussi un rêve qui s’immortalise en quelques clichés et s’évanouit après le défilé. Je me console en feuilletant l’album de séduisants mariages imaginaires…

Seul sur scène, l’un des défis de ce comédien se réalise en 2019 avec la création de « Ma vie d’artiste », une comédie à un personnage signée Hugo Rezeda.  Fabien Austruy y joue un véritable one-man-show théâtral.   Son unique partenaire est la voix off de la comédienne Laurence Badie qui par la présence de ce timbre si particulier, devient elle aussi un personnage à part entière. Fabien Austruy, homme d’aujourd’hui, mannequin, comédien, metteur en scène et enseignant, conjugue avec talent ses ambitions et partage avec la générosité qui le caractérise, la singularité de ses passions plurielles. Chapeau bas Monsieur le professeur, merci de jouer chaque jour ce rôle d’acteur et d’éducateur qui contribue à l’avenir de nos enfants dans le savoir, le respect de l’autre et de la laïcité.

Alexandre BLONDIN