Depuis la semaine dernière, nous proposons aux artistes et acteurs culturels de nous faire partager leurs œuvres, leurs écrits, leurs créations en général (peinture, dessin, photographie, vidéo, installation, musique, texte…) en rapport avec le thème « Du confinement au monde de demain ».

Il vous suffit de vous présenter en quelques lignes, de nous décrire votre projet, de prendre en photo votre œuvre et de nous envoyer le tout à l’adresse suivante : loucheux@localhost
Vos créations seront partagées sur le site de l’Art-vues ainsi que sur les réseaux sociaux.

La création de Mahéva Le Campion (Auberdem) :

je vous propose une série de deux photos qui s’appellent « The zombie of the News ». J’ai réalisé cette série suite à l’afflue d’informations de tout bord qui arrivent à nos oreilles sur l’épidémie qui traverse notre Pays. Dans cette série je voulais faire ressortir le fait que tout n’est pas bon à écouter notamment ce qui provient des réseaux sociaux ou autre provenance douteuse. Ici mon pseudo zombie n’en peut plus t’entendre tout et n’importe quoi et en devient exaspéré voir énervé. Enervé parce que le bac arrive et que beaucoup de mes profs ne nous contactent pas voir ignore nos mails pourtant ce sont des matières importantes. Son regard, plutôt vide, laisse penser qu’il ne pense plus par lui même et est juste devenu le zombie de l’info qui suit bêtement ce qu’on lui induis. le papier journal, à des endroits brulé ou froissé symbolise les information contradictoires qui subviennent par vague dans les médias. Je vous propose une petit texte:
Coronavirus tu me mets dans l’embarras
Les informations affluent de tous les endroits : des états, des gens, des réseaux sociaux, des doctors, des scientifiques, des médias…
Mais qui ? qui détient la vérité? La vérité ultime.
Combien de fois ai-je entendu ‘ »mon oncle dis que… » ou « l’amis du frère de ma mère pense que … » ou encore  » ne t’inquiète pas, va de l’avant et ne regarde pas derrière toi, vis normalement et tout ira bien »
Mais comment ? J’interroge, comment ?
Les Etats nous enferment et disent que cela apportera de la solidarité ?
Mais comment cela peut-il marcher ?
Quand une infirmière se gare dans ma rue, parce qu’elle fait son travail, quelqu’un sort et colle un papier sur la voiture pour lui dire : « va-ten d’ici, tu es trop dangereuse pour nous » les personnes qui adoptent ce genre de comportement, applaudissent tous les soirs à leur fenêtre pour remercier nos héros, les médecins, les infirmières et les gens qui risquent tous les jours leur vie pour épargner celle des des autres .
Alors c’est ça ? on est d’accords pour dire merci, mais pas dans notre jardin ? 
de nos jours, c’est ainsi que nous remercions nos héros.
C’est de l’hypocrysie 
Mon grand-père avait l’habitude d’aller à la guerre pour résoudre les problème de la nation. et moi ? 
Eh bien  moi je reste allongée dans mon lit toute la journée en attendant que le soleil brille à nouveau.
Ceci est bien évidement de pas vivre comme si de rien n’était ou épauler la nation.
Je ne peux même pas respirer, laisse moi m’en aller loin de tout cela
M’en aller, m’en aller loin…
Je m’appelle Mahéva, j’ai 17 ans, j’ai commencé le bodypainting en autoportrait à mes heures perdues et c’est devenu une réelle passion. Découvrez mes travaux et les expositions à venir sur mon site auberdem.blogpost.com