Le festival des résidences d’artistes revient du 24 octobre 2020 au 10 janvier 2021 à Avignon. 51 artistes et 21 disciplines seront réunies pour donner au public un aperçu vivant de la création contemporaine. 

Créé en 2016 à l’initiative de la Casa de Velázquez à Madrid, la Villa Kujoyama à Kyoto et l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, ¡ Viva Villa ! vous donne rendez-vous chaque année pour découvrir les artistes, créateurs et chercheurs en résidence dans les 3 institutions. L’occasion pour eux de présenter leurs œuvres les plus récentes, et de rencontrer le public lors du weekend inaugural.

En 2020, le festival et son exposition Les vies minuscules sont conçus sous le commissariat de Cécile Debray, curatrice qui accompagne le festival depuis sa création. Cette édition, imaginée avec les artistes, notamment pendant l’épidémie de Covid 19 et les mois de confinement, se place « à hauteur d’homme » et, à l’instar de l’œuvre de Pierre Michon, interroge la fragilité de la condition humaine, les imaginaires du vivant, les humanismes, les réalismes et les écritures intimes…

Autour de l’exposition Les vies minuscules qui, du 24 octobre au 10 janvier rassemblera les travaux d’une cinquantaine d’artistes – plasticiens, musiciens, graphistes, designers, cinéastes, historiens de l’art, photographes – et proposera un cycle de films et une médiation conçue en collaboration avec les artistes, sont programmés plusieurs rendez-vous.

Des rendez-vous pour le public et les professionnels

Deux jours de performances les 24 et 25 octobre : concerts, danse, projections, débats, performances. Une série de rendez-vous pour un lancement qui exprime puissamment toute la diversité des disciplines et des talents.

Des rencontres professionnelles le 26 octobre. Organisée en collaboration avec la Région Sud, l’Institut français et la Collection Lambert, une journée d’entretiens, de débats et d’ateliers, consacrée à la notion de mobilité internationale après la crise que nous traversons, autour des questions environnementales, d’engagement sociétal des artistes, de liberté de circulation mais aussi de l’intégration du virtuel dans nos dispositifs et de nouveaux enjeux que nous découvrons actuellement.

Plus d’informations : collectionlambert.com