Pour la cinquième année, la manifestation estivale In Situ mêle patrimoine et art contemporain dans plusieurs lieux de la région.

Porté par l’association Le Passe Muraille et soutenue par la Région Occitanie, ce rendez-vous établit un dialogue entre artistes contemporains et sites patrimoniaux dans le but de faire rayonner le patrimoine culturel de notre territoire.

En 2016, sont présentés 11 artistes dans 11 sites classés à l’inventaire des Monuments Historiques. Entretien avec Pierre Plancheron, le directeur de l’association Le Passe Muraille.

pierre-plancheronPouvez-vous nous présenter l’association Le Passe Muraille ?
L’association œuvre depuis 1997 pour la valorisation du patrimoine culturel et naturel dans toute la région. « Valoriser le Patrimoine pour valoriser les hommes » est notre slogan ! Nous sommes organisés en 2 pôles d’activités avec près de 150 salariés : le premier, l’action sociale, permet de réhabiliter le patrimoine bâti et de former un public éloigné de l’emploi.
Le deuxième, l’action culturelle produit des activités pédagogiques, d’études et d’édition, ainsi que de nombreux événements culturels comme « IN SITU patrimoine et art contemporain » et plus récemment « Au bord des paysages ».
Ce qui relie entre elles toutes ces actions, c’est la volonté de valoriser le patrimoine, inscrite au cœur de notre projet associatif, qui défend des valeurs de citoyenneté et d’ouverture culturelle, dont la France entière a certainement bien besoin ces deux dernières années.

Comment s’est fait le choix des artistes et des lieux pour cette édition ?
La programmation artistique est confiée à Marie Caroline Allaire Matte, notre commissaire d’exposition. Le choix se fait en concertation avec les propriétaires et gestionnaires des monuments.
Nous prenons soin de renouveler les propositions artistiques et de diversifier les formats, installation, sculpture, vidéo, œuvres sonores, pour surprendre le public, mais pas pour le choquer. Nous ne versons pas dans la provocation, mais nous cherchons à éveiller la curiosité et à donner envie aux visiteurs de revenir chaque année découvrir les sites sous un angle différent. La créativité est au cœur de la programmation et guide les choix artistiques.

Quels sont les retours du public ? Comment les incitez-vous à suivre le parcours entre les quatre départements qui sont couverts In Situ ?
Le public est souvent surpris dans le bon sens du terme. Il accueille les œuvres avec beaucoup de respect et d’enthousiasme. Le public respecte les artistes dans leur démarche de création. Les visiteurs le ressentent même lorsqu’ils viennent a priori pour le patrimoine.
Et puis, le public est accueilli par nos médiateurs sur chacun des sites. L’année dernière, c’est plus de 450 000 visiteurs qui ont été recensés et 90 000 ont été en contact avec nos médiateurs. Ceux sont eux qui informent le public, lui donnent toutes les explications, et qui l’incitent à continuer le parcours. Près de 80 % des personnes sont prêtes à suivre une nouvelle étape du parcours après avoir découvert la manifestation.

Le champ d’action de la manifestation s’est progressivement élargi dans l’ancien LanguedocRoussillon. Peut-on attendre une évolution l’an prochain dans la nouvelle région Occitanie ?
Nous réfléchissons activement à cette évolution, avec notre principal partenaire pour cette manifestation qui est la Région Occitanie. Sans elle, le parcours « IN SITU patrimoine et art contemporain » n’existerait pas. Nous avons la volonté de part et d’autre de donner à notre manifestation une nouvelle dimension et une cohérence, qui ne pourra pas malgré tout couvrir l’ensemble des 13 départements.
L’important c’est de construire du sens avec ce nouveau territoire qui s’offre à nous. Nous avons plusieurs hypothèses à l’étude et nous choisirons avec nos partenaires celle qui permettra de se projeter sur les années à venir, en suscitant le désir de suivre le parcours pour le public touristique et pour tous les habitants de la région.
La région Occitanie, ne l’oublions pas, compte des sites patrimoniaux classés ou inscrits par milliers. Donc désormais, ce qui est formidable pour les citoyens, c’est que bien connaître son territoire régional, peut devenir le projet de toute une vie. Nous ferons évidemment confiance aux artistes pour accompagner notre découverte !

A découvrir jusqu’au 18 septembre en région.
Tél. 04 67 06 96 04. http://patrimoineetartcontemporain.com

Daniel-Dezeuze-au-Prieuré-de-Serrabona

Daniel Dezeuze au Prieuré de Serrabona