« Intentionnellement décalé, obstinément libre avec de l’humour corrosif »

Michel Soubeyrand est un artiste atypique c’est le moins que l’on puisse dire ! Il sera à l’honneur sur le stand de Médi’Art (Magazine l’Art-vues) lors de cette édition 2020 d’Art Montpellier. On connaît de lui notamment ces sculptures « Killer Dog » ou « Dog Vador », issues de la pop-culture et de l’Art Toys. Un travail qui lui a valu une reconnaissance internationale dans le monde de l’art puisqu’il est aujourd’hui présent dans de nombreuses collections publiques et privées. 

Lui qui a intégré très tôt (à l’âge de 17 ans) l’Ecole des Beaux-Arts de Paris dont il est diplômé, n’a eu de cesse de multiplier les expériences entre peinture et sculpture. Mais également en se confrontant à des mondes divers tels que ceux du théâtre, de la télévision et de la publicité pour lesquels il a réalisé de nombreux décors et créations. Entre les Cévènes et Montpellier, Michel Soubeyrand reste un artiste de notre région. Malgré cela il se fait rare par ici ! C’est bien pour cela qu’il constituera une des belles surprises que réserve cette édition 2020 de la Foire Art Montpellier.

 

Vous vous faîtes rare surtout dans votre région, alors comment vous préparez-vous à cette prestation lors d’Art Montpellier ?

Oui effectivement je me fais rare car je produis très peu de pièces. Ma production est réalisée dans mon atelier et surtout les pièces sont crées de façon uniques. C’est pour cette raison que le choix des galeries et des expositions personnelles est ciblé.

 

Pour la Foire Art Montpellier, on retrouvera à la fois des peintures et sculptures. Parlez nous de votre univers, vous qui baignez entre pop-culture, humour et parfois une forme de contestation.

Mon univers est un joyeux métissage de différente culture française et anglo-saxonne où l’Homme devient un «Dog Killer» dans un bestiaire toujours teinté d’humour et de dérision. Je revisite notre époque en toute liberté, j’ose la création. Mes oeuvres sont le reflet de ce qui me divertit et qui m’amuse.

On vous connaît beaucoup par votre travail autour de la sculpture moins sur la peinture, comment s’est déclenchée cette envie de peindre qui est aussi un «retour aux sources» post Ecole des Beaux-Arts de Paris ?

On oublie souvent que je suis rentré aux Beaux Arts de Paris en peinture et que j’ai fait aussi de l’illustration et de la BD à la même époque. J’ai été « multi-techniques », je ne me suis ja- mais interdit de passer d’une technique ou d’un médium à un autre dans mon itinéraire créatif. On peut dire effectivement que je reviens à la source après 40 ans de créations mais je n’oublie pas la sculpture qui m’amuse toujours.

 

Votre peinture est à la fois abstraite, allusive, expressionniste et psychédélique bref inclassable, tout en s’inscrivant dans une continuité de ce que l’on retrouve dans vos sculptures. Comment se déroule ce processus créatif ?

J’ai une approche intentionnellement décalée, obstinément libre avec de l’humour corrosif et esthétique. Je suis un abstrait contrarié, on ne se refait pas ! J’aime raconter de belles histoires colorées issues directement des années psychédéliques. Le résultat est élégant et raffiné avec plusieurs lectures. Chacun peut y trouver sens et émotion.

 

Vous êtes particulièrement attaché à notre région, quel est ce lien que vous avez avec elle ?

Je me définie comme un artiste méditerranéen car j’approuve et je vis les valeurs de convivialité et d’ouverture que possède notre belle région. Vivant entre la mer et les Cévennes mes oeuvres sont le reflet de l’esprit chaleureux et ensoleillé de ces terres hors du commun.

Découvrez Michel Soubeyrand sur le stand Médi’Art à la Foire Art Montpellier. Du 8 au 11 octobre à l’Arena à Montpellier.