Vaison Danses fête ses 25 ans, l’occasion de célébrer un chorégraphe qui fut présent lors de la première édition, Maurice Béjart, avec notamment en début de festival l’accueil des jeunes danseurs de l’école de Lausanne fondée par le maître ainsi que l’exposition de portraits réalisés par son ami Marcel Imsand. Tout en donnant leur chance aux nouveaux talents, cette édition 2021, peaufinée par le directeur artistique Pierre-François Heuclin, invite des compagnies et des chorégraphes qui rayonnent dans le monde entier, parmi lesquels Johan Inger, David Coria, Sean Gandini sans oublier un fidèle de Vaison, Angelin Preljocaj dont la compagnie dansera Gravité, l’une des œuvres phares de son répertoire. 

Fandangosamedi 17 juillet à 22h au théâtre antique ; David Coria (danse) et David Lagos (chant).
« Parler de Fandango c’est faire référence à la tradition, aux coutumes à la voix du peuple, au Flamenco… Les Fandangos représentent un axe transversal de la culture espagnole présent depuis plus de 500 ans, tant dans des domaines sociaux que dans l’intimité des foyers. En se basant sur ces prémisses, nous construisons une extravagante fantaisie du monde espagnol, un monde flamenco, où l’on laisse carte blanche au passé, au présent et au futur (possible ou non) de notre histoire ; aux origines et aux transformations à l’avant-gardisme et à la tradition. » (David Coria)

Don Juan mercredi 21 juillet à 22h au théâtre antique. Par Aterballetto, chorégraphe Johan Inger.
Un mythe paradigmatique, ancien et contemporain, un chorégraphe désormais au sommet de la créativité, une compagnie s’engageant sur une voie ambitieuse de repositionnement et de croissance : tous ces ingrédients s’unissent pour donner vie à ce qui est devrait être une des plus grandes performances de Vaison Danses 2021. Les 16 danseurs d’Aterballetto racontent l’histoire de Don Juan en un seul acte, sur une partition originale de Marc Alvarez créée pour l’occasion.

Smashed samedi 24 juillet à 22h au théâtre antique. Par Gandini-Juggling.
Sean Gandini est l’un des pionniers de la jonglerie contemporaine. Comme interprète, chorégraphe et metteur en scène, il a, pendant plus de 25 ans, repoussé les limites de la jonglerie en tant que discipline et en tant qu’art. La compagnie Gandini-Juggling vise à repositionner la jonglerie comme une forme d’art polyvalente, s’engageant dans un dialogue complexe avec le public.

Gravité mercredi 28 juillet à 22h au théâtre antique. Par le Ballet Preljocaj.
Mondialement connu, le Ballet Preljocaj est aujourd’hui constitué de 26 danseurs permanents donnant plus de 100 représentations par an en France comme à l’étranger. Angelin Preljocaj définit ainsi le propos de Gravité : «La gravitation est l’une des quatre forces fondamentales qui régissent l’univers. Elle désigne l’attraction de deux masses. Elle est invisible, impalpable, immanente. C’est pourtant elle qui crée ce qu’on appelle la pesanteur. Depuis des années, les notions de poids, d’espace, de vitesse et de masse ont traversé de façon intuitive ma recherche chorégraphique. Le travail au quotidien avec les danseurs m’amène à expérimenter des formes dont les composantes fondamentales tournent autour de cette question à la fois abstraite et terriblement concrète. »

Plus d’informations : vaison-danses.com