Tournage d’un documentaire sur P. Soulages au Musée Fabre à l’occasion du centenaire du peintre

À l’occasion du centenaire de Pierre Soulages, Anne-Camille Charliat, chercheuse en philosophie de l’art et réalisatrice, consacre un documentaire au peintre reconnu mondialement pour la création de son matériau pictural unique : le « noir-lumière ». L’interférence Art/Science dans de l’histoire de la peinture, de la création et de l’innovation contemporaine est au cœur du documentaire. Assuré par une équipe de 5 personnes, le tournage dans les salles Soulages et l’interview de Michel Hilaire, ont lieu ce lundi 30 septembre au musée Fabre.

DEUX DOCUMENTAIRES INTITULÉS « LUMIÈRE ET CHROMATISME DU NOIR : LA PEINTURE DE PIERRE SOULAGES EN DIALOGUE AVEC LA SCIENCE »

Deux documentaires intitulés « Lumière et chromatisme du noir : la peinture de Pierre Soulages en dialogue avec la science », produits par « Artemisia productions » sont prévus à l’issue de ce tournage.

Le format de 52 minutes, est actuellement en cours de production et retrace l’histoire de la lumière picturale, du XIXe siècle à nos jours et les relations primordiales entretenues entre les découvertes scientifiques et l’art. Le projet met à l’honneur l’œuvre de Pierre Soulages, 100 ans cette année et créateur des Outrenoirs. Tout en déployant l’histoire de la lumière en peinture, de Turner à Monet, en passant par Delaunay ou encore Mark Rothko, le documentaire propose une approche inédite de l’œuvre de Pierre Soulages, notamment à travers la mise en valeur des récentes expérimentations scientifiques entreprises sur les Outrenoirs.

En effet, grâce à des dispositifs de haute technologie, des chercheurs de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne ont récemment expérimenté les phénomènes d’interaction entre matière et lumière impliqués dans les peintures de Soulages et en proposent une fascinante perception. À travers des images et interviews inédites dans des lieux d’exception, le spectateur découvrira le fécond dialogue qui se développe entre Art et Science.

Le format court (10-15 minutes) destiné aux Musées Nationaux et à des cycles de conférences est, lui, exclusivement consacré à la peinture de Soulages.

DES PRISES DE VUES ORIGINALES ET TRÈS TECHNIQUES

Les prises de vues récemment tournées dans l’atelier de Pierre Soulages, lors de son interview ont permis à Anne-Camille Charliat de faire plusieurs essais techniques et de trouver une ligne esthétique personnelle et originale.

Un autre aspect important de cette esthétique visuelle réside dans l’utilisation d’objectifs ultra macros permettant de saisir les changements et effets chromatiques les plus ténus de la lumière sur la matière picturale. « De tels objectifs permettront au spectateur d’entrer dans la matière picturale et de percevoir d’une manière unique les lois chromatiques de la palette des peintres », explique Anne-Camille Charliat.

LA COLLECTION SOULAGES DU MUSÉE FABRE

Un lien particulier unit Pierre Soulages et le musée Fabre. Le peintre a témoigné de la plus belle manière son attachement au musée au travers de la donation qu’il a consentie avec son épouse Colette, en 2005, de vingt toiles et le dépôt de onze autres en 2007 et 2017.

« Le premier musée où j’ai commencé à regarder vraiment de près les tableaux, c’est le musée Fabre à Montpellier. Il y a là des couleurs qui m’ont fortement impressionné, Courbet, des portraits surtout, L’Homme à la pipe et L’Autoportrait au col rayé (…), je me souviens de Zurbaran, Véronèse. J’allais le voir le plus souvent possible. »

Inaugurées en 2007 avec la réouverture du musée Fabre après un vaste chantier de rénovation, les salles Soulages, au cœur du parcours consacré à l’art moderne et contemporain, abritent sur 600 m² un ensemble unique couvrant une période allant de 1952 à nos jours. Cette nouvelle aile, conçue comme un « écrin de lumière » a été spécialement dessinée pour y présenter de grands formats.

Elle offre des conditions idéales pour admirer l’œuvre de l’artiste : certains polyptiques suspendus à l’aide de câbles dans l’espace, tandis que le mur de verre filtre la lumière, favorisant un dialogue subtil entre la lumière du midi et la surface des Outrenoirs.

L’HISTORIENNE DE L’ART ET RÉALISATRICE ANNE-CAMILLE CHARLIAT

Anne-Camille Charliat est une jeune chercheuse et réalisatrice de documentaires. Après   avoir   mené   un   double   cursus   en philosophie et en histoire de l’art à la Sorbonne, elle a poursuivi son parcours universitaire en doctorat de philosophie de l’art. « J’ai toujours été fascinée   par   la   puissance   du   cinéma   qui rassemble en un même médium l’art de l’image, du discours et de la musique.  J’ai écrit des critiques   de   films   et   fais   partie   de   jurys internationaux et c’est ce goût pour l’analyse de films qui m’a insufflé le désir de passer à la réalisation », confie-t-elle à l’occasion de la 58e cérémonie de remise des Bourses de la Vocation, en décembre 2017.

L’idée du documentaire autour de la peinture de Pierre Soulages est née chez Anne-Camille Charliat après la soutenance de sa thèse de doctorat de Philosophie de l’art en 2018 à la Sorbonne, consacrée à l’histoire de la lumière picturale de l’Antiquité à nos jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.