Multiplication des expositions et des propositions, cet été aux Abattoirs, Frac Occitanie Toulouse ! D’un côté, l’inévitable Orlan et son univers si singulier. De l’autre, un voyage dans l’univers en compagnie de Shona Illingworth, avec Topologies of Air, et Les incertitudes de l’espace, une exposition réalisée en collaboration avec l’Observatoire de l’Espace du CNES. Enfin, on peut encore découvrir Artiste / Artisan ? tirée des collections de Daniel Cordier. 

Inévitable, le Manifeste ORLAN. Corps et sculptures, à découvrir encore quelques semaines. Une exposition qui retrace l’œuvre singulière, inclassable, d’une artiste qui l’est tout autant. Un fil rouge sert de conducteur au parcours : la sculpture. Photographies Corps-Sculptures, performances, chirurgies, sculptures de plis, IA et robotiques seront autant de biais exploités pour comprendre comment ORLAN a révolutionné l’art contemporain de ce début de siècle. Jusqu’au 28 août.

Changement d’univers, direction la tête dans les étoiles avec deux expositions où l’espace et ses mystères sont explorés de différentes façons. D’abord à travers les photographies et vidéos de la Dano-Écossaise Shona Illingworth avec Topologies of Air. Une première exposition personnelle en France pour cette artiste qui présente le fruit d’une recherche interdisciplinaire mêlant sciences, géopolitique et droit de l’homme et où elle s’intéresse à notre relation complexe au ciel, à son exploration et son exploitation. En parallèle, Les Abattoirs présentent une exposition d’œuvres de la collection de l’Observatoire de l’Espace du CNES. Les incertitudes de l’Espace réunit le travail de quatre artistes qui remettent en question le grand récit de l’aventure spatiale tel qu’on le connait, entre réécriture fictionnelle ou expérimentale de l’histoire de l’exploration spatiale. On y retrouve les œuvres de Véronique Béland, Justine Emard, Elise Parré et Isabelle Prim. Jusqu’au 20 novembre.

Enfin, après près d’un an aux Abattoirs, l’exposition Artiste / Artisan ? tirée des collections de Daniel Cordier (1920-2020) touche à sa fin. Jusqu’au 6 novembre, il sera encore possible de découvrir cette présentation qui pose la question de la définition de l’artiste à travers des œuvres d’art moderne, contemporain et extra-européennes.

Plus d’informations : lesabattoirs.org