Du 14 janvier au 26 mars, l’artiste Jacques Tison est présenté par la Fondation espace écureuil de Toulouse. Ce peintre s’inspire des paysages qui l’entourent pour en retranscrire une image fictionnelle. C’est cette même thématique des ponts entre réalité et fiction qui est explorée avec l’accrochage La fiction me suit comme une ombre, alors que tout ce que je voudrais c’est dormir. 

Jacques Tison peint des images, des grands formats, des silences, des paysages, des architectures, du blanc, du vide. La fiction me suit comme une ombre, alors que tout ce que je voudrais c’est dormir : ce qui fait sens pour l’artiste, dans cette phrase extraite du Livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa, c’est le mot fiction. Jacques Tison s’inspire du paysage qui l’environne, des images qu’il croise ici et là. « Les images viennent à nous » dit- il.

À travers une quarantaine d’œuvres récentes exposées à la Fondation espace écureuil, les spectateurs cheminent entre des volumes : peintures parfois posées sur des plots plutôt qu’accrochées aux murs, toiles blanches non peintes et grand aplat de mur blanc donnent une impression de continuité à l’ensemble. Le visiteur ne va pas de toile en toile, mais circule dans un espace cohérent et fluide où la fiction le suit comme une ombre.

Plus d’informations : caisseepargne-art-contemporain.fr