Du 11 au 26 février, La Place de la Danse s’installe en Amérique latine ! À l’occasion du festival La Plaza de la Danza, et pour la troisième année consécutive, La Place de la Danse prend donc ses quartiers dans divers lieux d’Equateur, du Pérou, d’Argentine, d’Uruguay ou encore du Chili. Et, pour permettre à ses spectateurs occitariens de voyager avec elle, La Place de la Danse propose plusieurs rendez-vous en ligne. 

Avec La Plaza de la Danza #3, la danse traverse l’Atlantique à la découverte des talents de l’Amérique latine ! Pour cette troisième édition, le festival s’étend au-delà de l’Equateur, premier pays à avoir accueilli l’événement. Cette année de nombreux lieux latinos-américains ont décidé de participer : les Alliances françaises d’Équateur et de Lima au Pérou, le Teatro Timbre de Buenos Aires en Argentine, le Teatro Verdi de Montevideo en Uruguay et le festival Temporada Alta.

Un rendez-vous autour de la danse qui sera, en partie, disponible également en ligne pour les spectateurs français. En effet, la programmation propose quelques rendez-vous à vivre depuis chez soi. Voici les événements auxquels pourront participer les Français :

  • Jeudi 11 février, à 00h00, Lettres du continent – Comment partager ce que l’on pense, ce que l’on veut créer et ce dont on rêve au même moment de Kinshasa, à Marrakech, de Lagos à Ciudad del Cabo ? Écrites entre mai et juin 2020, ces 21 lettres rendent compte, comme autant d’autoportraits, d’une nouvelle génération de danseur·euse·s, chorégraphes, interprètes, directeur·rice·s, qui prennent la situation à bras le corps pour se transformer ; inventer et partager les histoires d’un continent en pleine mutation.
  • Mardi 23 février, à 17h, La danse contemporaine en 10 titres – Pethso Vilaisarn, médiateur de La Place de la Danse, propose de parcourir 10 œuvres de la danse contemporaine de Pina Bausch, à Merce Cunningham en passant par Michael Jackson et Jérôme Bel.
  • Samedi 27 février, à 1h, Press / Pierre Rigal – spectacle en live-streaming depuis Toulouse, suivi d’une discussion en espagnol avec le chorégraphe. Un homme continue de se mouvoir dans un espace qui se réduit autour de lui et qui va comprimer son corps et tout son être. À la fois théâtre, danse et magie, cette comédie noire met en situation l’image de l’homme moderne dans son immense banalité tout autant que dans son énigmatique complexité.

Plus d’informations : laplacedeladanse.com