Le mois de novembre sera riche au Théâtre de Nîmes ! Entre théâtre, spectacle jeune public mais aussi musique ou encore danse, les rendez-vous ne manqueront pas. On notera notamment l’événement que constitue la venue du Ballet de l’Opéra de Lyon qui présente un programme d’envergure avec trois générations de chorégraphes.

Après deux semaines de pause, le Théâtre de Nîmes reprendra le cours de sa saison dès le mercredi 4 novembre. Une première date dédiée aux plus jeune avec un spectacle à voir à partir de 7 ans. Suzette Project, proposée par Daddy Cie !, est une pièce de théâtre qui invite à découvrir l’autre et à combattre les préjugés. A travers le personnage de Suzette, on ouvre la porte des différents modèles familiaux et, surtout, on s’ouvre à la diversité et à la tolérance.

Du 12 au 14 novembre, le théâtre devient le lieu de la réincarnation. Avec Janis, Nora Granovsky fait revivre Janis Joplin, légende du rock féminin. A travers les épisodes marquants de la vie de cette artiste iconique la comédienne Juliette Savany, accompagnée du guitariste Jérôme Castel, nous emmène au coeur du mouvement beatnik de l’Amérique des années 1970.

Théâtre toujours les 17 et 18 novembre avec Encore plus, partout, tout le temps, une pièce proposée par le Collectif l’avantage du doute. Dans cette comédie satirique, la troupe interroge la crise environnementale et démantèle les mécanismes de la domination masculine. Des thèmes très actuels qui relient l’intime à la politique.

Rendez-vous avec le Ballet de l’Opéra de Lyon

Le vendredi 20 novembre, changement de décor avec une soirée onirique, poétique et musicale. Sur scène, la rencontre inédite de trois artistes issus de cultures différentes : Katsura Creasion, Olivier Mobile et Wang Li. Tous les trois vous feront voyager au coeur des musiques du monde.

Après la musique, place à la danse ! Les 26 et 27 novembre, le Ballet de l’Opéra de Lyon investit les planches du Théâtre de Nîmes pour un programme en trois parties. Trois grands noms de la danse des XXème et XXIème siècle pour trois générations de chorégraphes. Le public (re)découvrira Remansos de l’Espagnol Nacho Duato, Solo for two du Suédois Mats Ek et enfin I new then du Suédois Johan Inger.

Le mois de novembre se clôturera avec une pièce d’Emma Morin et Christine Abdelnour. Pour Croire aux fauves de Nastassja Martin, Emma Morin associe sa voix aux sonorités du saxophone de Christine Abdelnour.

Plus d’informations : theatredenimes.com