Jusqu’au 8 janvier, le premier étage du Crac accueille l’univers et les installations de Paul Loubet. Touche à tout prolifique, il déploie son vocabulaire de peintre tous azimuts : toiles, muraux fanzines, objets, illustrations, flyers, installations dans l’espace public…

Le travail de Paul loubet puise dans diverses esthétiques et références culturelles qui vont de l’abstraction géométrique aux images de synthèse, de la peinture d’histoire au jeu vidéo en passant par le graffiti, les cultures urbaines, la science-fiction. Depuis plusieurs années, il s’intéresse plus particulièrement aux représentations cartographiques, plans et vues aériennes, qu’il s’agisse de cartes anciennes ou de nouvelles typologies d’images telles que les drones peuvent en produire.

Paul Loubet s’inspire d’images digitales auxquelles il applique un rendu élémentaire tout en utilisant des modalités de production artisanales. Il peint, par exemple, sur des disquettes informatiques ou réalise des drones en bois, des consoles de jeux vidéo en plexiglas rétroéclairé. Il réchauffe en quelque sorte le monde désincarné de la robotique et de l’informatique par un rendu manuel, une esthétique « do it yourself » qui plongerait ses racines autant dans l’art minimal que dans l’art dit naïf.

Plus d’informations : crac.laregion.fr