Depuis 1965, le prestigieux concours Wildlife Photographer of the Year, organisé par le musée d’Histoire naturelle de Londres, récompense les meilleurs photographies de nature. Cette année, le photographe montpelliérain Laurent Ballesta a remporté le grand prix du concours et devient ainsi le premier français a recevoir cette récompense. 

Bien connu du public héraultais, et même français, Laurent Ballesta a reçu hier une reconnaissance internationale en remportant le grand prix du Wildlife Photographer of the Year 2021. La 57ème édition de prix britannique a été une véritable consécration pour le photographe qui a égalaient vu cinq de ses photographies classées parmi les 100 plus belles photos de nature de l’année, parmi 50 000 photos participantes.

Un cliché unique

Le cliché récompensé par le grand prix, intitulée Création, le spectacle rare de mérous camouflés quittant une frénésie d’accouplement qui se produit une fois par an sous la pleine lune. Les mérous camouflés se trouvent dans de nombreux océans du monde entier. Ils vivent dans des récifs peu profonds où leur corps brun tacheté est invisible parmi les rochers et les coraux. L’un de ces endroits est un lagon à Fakarava, en Polynésie française, que Laurent et son équipe ont fréquenté pendant la saison des amours au cours des cinq dernières années.

Auteur de 13 livres dédiés à la vie sauvage sous-marine et co-créateur de la société Andromède Océanologie en 2000, Laurent Ballesta a dirigé plusieurs expéditions de grande ampleur durant les dix dernières années. Les Expéditions Gombessa reposent sur trois valeurs emblématiques : un mystère scientifique, un défi de plongée et la promesse d’images inédites.

Une exposition de ses clichés sous-marins est toujours visible à l’Hôtel de Région de Montpellier.