Pour l’été et le début de l’automne, trois nouvelles expositions s’installent à Carré d’art à Nîmes. La première d’entre elles à ouvrir ses portes au musée d’art contemporain est celle de Glenn Ligon, artiste américain, à découvrir du 24 juin au 20 novembre. 

À l’origine, la pratique artistique de Ligon était centrée sur la peinture, en s’appuyant sur l’héritage d’artistes tels que Philip Guston, Cy Twombly, Robert Rauschenberg ou Jasper Johns ainsi que l’art conceptuel plus récent. Ligon a très tôt cité du texte dans ses œuvres, en utilisant les mots au pochoir qui deviendront la marque de son œuvre. Il utilise un langage peint pour mettre en évidence les systèmes de valeurs sociales et politiques qui donnent un sens à ces textes et la manière dont ils sont modifiés ou soulignés par l’œuvre.

À Nîmes sera présenté un nouveau diptyque monumental de la série « Stranger ». Il inclut le texte intégral de l’essai fondateur de James Baldwin de 1953, « Stranger in the Village ».

Une salle de l’exposition à Nîmes rassemblera une sélection de néons « America ». Commencés en 2008, ces néons transforment le mot « America » en le recouvrant de peinture noire, en le retournant, en l’inversant ou en l’animant, le traitant comme un matériau linguistique à manipuler et à modifier.

Seront également exposées des peintures inspirées d’ateliers avec de jeunes enfants dans le cadre d’une résidence au Walker Art Center de Minneapolis en 1999-2000. Ligon a choisi des illustrations afrocentriques des années 1960 et 1970 que les enfants devaient colorier, puis a reproduit les résultats sur de grandes toiles pour créer une série de peintures intitulée Coloring. Remarquables pour leur couleur et leur figuration joyeuses, les œuvres de Coloring explorent la distance entre la créativité débridée de l’enfance et les notions conventionnelles du portrait, notamment en ce qui concerne des icônes telles que Malcolm X.

Plus d’informations : carreartmusee.com