Revisité en version hip-hop par la chorégraphe franco-espagnole Blanca Li, ce Casse-Noisette réinvente avec fantaisie et énergie le célèbre conte de Noël. L’histoire ne raconte plus un dîner de Noël, où Clara reçoit comme cadeau de son oncle Drosselmeyer un casse-noisette en forme de soldat en bois, mais un groupe de jeunes qui préparent le réveillon dans un appartement en dansant. Un conte à (re)découvrir les 18 et 19 janvier, à l’Opéra Berlioz de Montpellier.

C’est pourquoi Blanca Li n’utilise pas toute la musique de Tchaïkovski, mais lui ajoute des morceaux soul, funk, salsa, rap et autres sons groovy et entraînants. Sont toutefois conservés les grands airs de Tchaïkovski (la Valse des fleurs et la Danse chinoise) tout comme les moments clés du ballet initial comme la bataille des souris et des soldats de plomb.

Le clou de ce spectacle festif et ludique est bien entendu le Casse-Noisette lui-même devenu robot télécommandé via Ipad. On ne manquera pas de saluer la prestation des huit danseurs de hip-hop madrilènes qui interprètent avec brio cette version déchainée de l’un des ballets les plus connus du répertoire.

Plus d’informations : montpellierdanse.com