Du 15 décembre au 6 mars, le musée Fabre propose une exposition consacrée à l’enrichissement de ses collections mené depuis plus de 15 ans. Un enrichissement de collections uniques, de la Renaissance à nos jours !

Le musée veille à acquérir de nombreuses œuvres d’art offrant ainsi aux visiteurs un vaste panorama de cinq siècles de création. La recherche en histoire de l’art permet de découvrir de nouvelles œuvres qui viennent ensuite trouver leur place au sein des collections du musée. Des salles vives et colorées avec des tableaux d’artistes connus pour une visite enrichissante !

Un vaste voyage dans l’histoire de l’art

En suivant les parcours de la visite, le visiteur peut découvrir la première salle de cette exposition. Dans celle ci, on admire de nombreux tableaux italiens du XVIe siècle mais surtout du XVIIe siècle. Cette collection s’explique par le goût du fondateur du musée : François-Xavier Fabre.

En effet, ce peintre et collectionneur résida pendant plus de 30ans à Rome puis à Florence. A son retour à Montpellier, Fabre offrit ainsi une centaine de tableaux italiens à sa ville natale. Aujourd’hui encore, cet enrichissement se poursuit et la politique d’acquisition de Montpellier s’efforce de perpétuer ce goût. Cette première salle reste donc très importante pour l’histoire du musée !

En suivant la visite, la deuxième salle du musée, aux couleurs chatoyantes, on retrouve Sébastien Bourdon. Cet artiste, né à Montpellier en 1616, est un peintre de premier plan du XVIIe siècle durant l’époque majeure d’épanouissement de l’art dite le grand siècle. Dans cette salle, le visiteur peut apercevoir les différentes facettes de ce peintre. En effet, très curieux, il s’intéresse à tous les styles, genres et pratique de la peinture religieuse, mythologique ou encore le paysage et les scènes de bataille ou de taverne. Cet artiste s’inspire aussi beaucoup de son aîné, Nicolas Poussin. Le musée Fabre est particulièrement attentif à proposer le plus riche résumé de toutes les facettes de Sébastien Bourdon.

La salle suivante expose dessins et gravures. Il faut savoir que cette salle, pour des raisons de préservation, est dotée d’un contrôle du climat, de la lumière mais aussi d’une durée de présentation. En effet, certaines techniques supportent mal l’exposition à la lumière ou à l’humidité. Cette pièce rassemble des styles et techniques différentes avec un support particulier par rapport aux autres salles, ce qui rend la visite d’autant plus surprenante !

Dans la suite du parcours, en salle neuf, le visiteur change de décor et se retrouve face à des œuvres d’art abstrait. Cet art s’est répandu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et devient le courant dominant de la scène artistique française. Celle-ci, se déploie sous différentes formes, de l’abstraction dite lyrique à l’abstraction géométrique. C’est dans les années 1940 que l’art moderne fait son entrée au musée Fabre et dans cette lignée, le musée entreprend depuis une vingtaine d’année d’enrichir un fonds cohérent et représentatif de la peinture abstraite. Cette dernière salle regroupe ainsi une grande richesse d’œuvres et de courants artistiques. Le visiteur peut y observer différentes formes de l’abstraction picturale, de l’art contemporain notamment le mouvement Supports/Surfaces ou encore l’un des tableaux de Pierre Soulages mais aussi, les œuvres de François Ristori récemment entrées dans les collections du musée Fabre.

Participation aux dons pour l’acquisition de l’œuvre L’impossible Rencontre de Yan Pei-Ming

A l’occasion de cette exposition qui présente les différents modes d’acquisitions, le musée Fabre souhaite acquérir L’impossible rencontre de l’artiste Yan Pei-Ming. Ainsi, il lance sa première campagne participative d’appel aux dons. Le soutien des visiteurs est décisif à l’enrichissement du patrimoine du musée montpelliérain. Grâce à cette action, l’œuvre d’un artiste contemporain de renommée internationale pourra rejoindre les collections du musée Fabre. Pour faire un don : soutenir-museefabre.iraiser.eu

Les collections permanentes

L’exposition se poursuit tout au long du parcours des collections permanentes. Il faut en effet savoir que toutes les acquisitions du musée ont vocation à rejoindre le parcours permanent et renouvellent le regard des visiteurs. Elles offrent un éclairage nouveau sur des périodes de l’histoire de l’art en pleine redécouverte comme sur la création plus contemporaine. Cette visite des galeries du musée est une occasion de découvrir de nombreuses œuvres inédites et récemment acquises mais aussi de voir le musée sous un angle nouveau.

En se rendant en salle 19, on peut par exemple admirer les deux plus anciens tableaux du musée Fabre :  La Domination de la Vierge et La Nativité. Ils datent du début du XIVe siècle. Le premier fut donné par Fabre en 1825 et le second a été acquis en vente publique à New York en 2004. Cette salle reste une belle démonstration du musée à réunir des ensembles séparés par l’histoire !

En avançant un peu, on pourra découvrir deux Trésors Nationaux du musée. En effet, Fragonard est l’un des peintres les plus fameux du XVIIIe siècle mais aussi l’un des grands absents de la collection du musée Fabre. Cependant, Le Jeu de la Palette et La Bascule disparus depuis 1785, sont réapparus en 2017. Désormais, ils font eux aussi partie de la richesse du musée. En plus, ces tableaux représentant deux paysages, et apportent une fascinante splendeur au parcours des collections !

A la suite du parcours de la visite, on rencontre les œuvres de Joseph Marie Vien. C’est aussi dans cette salle qu’au fil des années, par de nombreuses acquisitions, le musée est parvenu à constituer un ensemble de tableaux qui témoigne de la richesse de cette longue carrière qui initia par la suite le courant néoclassique en France.

Ainsi, le musée Fabre porte une attention à l’évolution du monde de l’art et a continué au fil des années à enrichir sa collection, en lien avec les directions artistique données par Fabre à la création du musée. Cette exposition reste visible jusqu’au 6 mars, est est à la fois une plongée dans les collections mais aussi une découverte sur le fonctionnement et l’importance des acquisitions pour un musée.

MT

Plus d’informations : museefabre.montpellier3m.fr