En ce début d’été, l’Espace Saint-Ravy accueille Frauke Furthmann-Batbedat. Pour cette exposition, l’artiste présente deux séries de gravures grand format, des impressions réalisées à partir des emballages de nos produits de consommation. Comme des totems ou des clins d’œil d’une civilisation ancestrale, elles sont les signes de notre civilisation que les générations futures vont découvrir.

Pour réaliser les gravures, l’artiste se sert de cartons d’emballage, de packaging, qui ont la fonction très précise de maintenir un objet dans une boîte. Leur forme ne nous dit rien, mais nous sentons confusément qu’elle a une fonction concrète. Elle fait sens.
Sept cartons ont été choisis pour leur « architecture » afin de créer toutes les œuvres de l’exposition. Les mêmes formes reviennent dans chaque impression dans un ordre différent, comme les lettres d’un alphabet qui forment des mots, des variations infinies.
Devant ces gravures, sur des stèles, sont exposés des objets-installations personnels qui ont une valeur sentimentale mais aucune valeur marchande. Les objets exposés ne sont pas à vendre. Peut-on les échanger, et contre quoi ? Un souvenir contre une histoire ? Une exposition interactive ? Sûrement.

Le travail de Frauke Furthmann-Batbedat questionne la place de l’Art dans l’économie circulaire, la performance et le don. Une exposition philosophique ? Peut-être. La galerie est un espace, l’exposition est un temps donné pour imaginer des connexions et occasionner des rencontres, des échanges.

Plus d’informations : montpellier.fr