Le Pavillon Populaire, espace photographique de la ville de Montpellier, présente jusqu’au 26 septembre l’exposition Eaux troublées d’Edward Burtynsky. 52 photographies en couleur et grand format sont à découvrir sur la relation entre l’homme et l’eau.

Le Pavillon Populaire situé sur l’esplanade Charles de Gaulle propose, chaque année, trois expositions gratuites. A travers ses projets, il invite à la découverte ou redécouverte de la photographie. Pour cette nouvelle exposition, ce sont les photographies d’Edward Burtynsky qui ont été choisies, abordant une réflexion sur le paysage aquatique. Gilles Mora, le directeur artistique et spécialiste de la photographie moderniste américaine décrit l’exposition comme ayant un « contenu répulsif à la forme séduisante » pour souligner le caractère engagé des clichés.

Edward Burtynsky expose dans les collections de plus de soixante grands musées allant du Museum of Modern Art (MoMA), au musée des Beaux-Arts du Canada en passant par le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia de Madrid. Il fait partie des photographes canadiens les plus respectés. Engagé politiquement et écologiquement, Edward Burtynsky travaille sur les impacts de notre espèce sur la planète et ses paysages naturels. L’artiste fait le point sur les menaces de la pollution, il présente l’aspect photographique de son œuvre pour une exposition itinérante unique en France. Son exposition est divisée en sept parties qui abordent des aspects particuliers de la pollution de l’eau. La première, intitulée Golfe du Mexique revient sur l’explosion de Deepwater Horizon en 2010 et la marée noire propagée dans le golfe du Mexique par l’incendie d’une plateforme pétrolière. Edward Burtynsky est allé photographier les dégâts pendant les six semaines qui ont suivi la catastrophe. Six autres thématiques fortes sont à découvrir lors de l’exposition, on retrouvera : Désolation, Contrôle, Agriculture, Aquaculture, Au bord de l’eau et Source.

« J’espère que ces images nourriront un processus de réflexion sur un élément essentiel à notre survie, un élément que nous tenons pour acquis. Jusqu’à son épuisement. » Burtynsky

Son travail et ses recherches sur le scandale de la pollution aquatique ont commencé en 2008. Il explique : « J’ai réalisé que l’eau, contrairement au pétrole, ne peut être abandonnée. Sans elle, nous mourrons. […] J’espère que ces images nourriront un processus de réflexion sur un élément essentiel à notre survie, un élément que nous tenons pour acquis. Jusqu’à son épuisement ». Pour nous offrir ces photographies au détail extraordinaire, le photographe s’est entouré d’équipes de repérage, techniciens, spécialistes, avec un matériel spécialisé tel que des plateformes élévatrices, des avions légers, hélicoptères ainsi qu’un mât d’une quinzaine de mètres avec un déclencheur à fibre optique. Ces techniques offrent à chaque photographie une magnifique vue en plongée.

Plus d’informations : montpellier.fr