À partir du 6 février, et jusqu’au 6 mars, la galerie Marc Devaux à Montpellier accueille le peintre figuratif Heriberto Cogollo. Dans ses tableaux, le réel a toujours quelque chose d’insaisissable. Ses sujets sont le fruit des images qui lui viennent à l’esprit.

« Toutes ces images m’envahissent – dans un grand silence – et se dessinent sur le papier – en silence – s’affinent et prennent forme sur la toile – en silence… On pourrait presque dire que c’est le silence que je peins… », explique l’artiste. Sur ses toiles, la lumière, la couleur et la composition sont au service de son émotion.

Et, si ses toiles paraissent réelles, il ne s’agit pas pour lui de recopier la réalité : « Que l’on ne s’y trompe pas : je ne cherche pas à copier la réalité «objective», ma démarche n’est pas celle d’un artiste hyperréaliste. Au contraire, tous les sujets que j’aborde sont prétexte à recréer le réel-imaginaire qui m’habite. En cela je me sens très proche du courant littéraire latino-américain appelé «Réalisme Magique». »

Plus d’informations : galerie-marcdevaux.fr

Photo : © Danseuse au smartphone, 2019, Heriberto Cogollo