Du 2 au 5 mars, le chorégraphe Angelin Preljocaj offre une vision résolument contemporaine du Lac des cygnes. Sur la musique de Tchaïkovski, le Preljocaj Ballet multiplie les tableaux et nous plonge dans une version écologiste et moderne du conte. 

Après Blanche-Neige, ou Roméo et Juliette, Angelin Preljocaj continue de faire rêver le public à travers des créations féériques en reprenant le célèbre Le Lac des cygnes. Car, s’il revisite l’histoire originale pour l’adapter à notre monde contemporain Preljocaj conserve l’histoire d’amour entre Siegfried et Odette. L’intrigue est toutefois replacée dans le contexte de la société capitaliste et des drames écologiques de notre époque. Rothbart, le sorcier de la version originale, devient ainsi un industriel piétinant la nature pour y exploiter les énergies fossiles. Odette semble contrarier ses plans et il la change finalement en cygne. 

Vidéo et la musique électronique

La scénographie, la chorégraphie et la musique, font également basculer le ballet dans le XXIᵉ siècle. Les danseurs, exécutent parfaitement les mouvements imaginés par Angelin Preljocaj qui a réécrit toute la chorégraphie tout en conservant certains traits chorégraphiques de la version originale de 1895, de Marius Petipa et Lev Ivanov.

La scénographie vient appuyer la dimension contemporaine de l’histoire, notamment à travers la vidéo. Des projections constituent le décor changeant, vivant, qui accompagne les danseurs et plongent les spectateurs tantôt dans une ville aux gratte-ciel en construction, tantôt au bord d’un lac détruit par les machines d’extractions de pétrole. 

Enfin, si les compositions de Tchaïkovski rythment la quasi-intégralité du ballet, des pulsations électroniques viennent bouleverser les codes et plongent Le Lac des cygnes dans le XXIᵉ siècle. 

Une revisite majestueuse qui rend hommage à la version originale de l’un des ballets les plus mythiques du répertoire.

Plus d’informations : montpellierdanse.com