Cet été, le Musée Ingres Bourdelle de Montauban reçoit en ses murs l’un des artistes les plus remarquables et atypiques du XXᵉ : Francis Picabia. Cette exposition évènement intitulée Picabia pique à Ingres propose la rencontre aussi inattendue qu’évidente entre le maître montalbanais et le protagoniste incontournable du dadaïsme qui sous ses airs moqueurs a si souvent puisé dans l’œuvre d’Ingres, tout en la raillant…

L’humour, la dérision et l’indifférence feinte caractérisent la relation que Picabia entretenait avec Ingres. Si l’on sait que le maître de Montauban est l’une des références constantes de celui qui disait pourtant ne pas vouloir aller « chercher dans les musées ce que les conservateurs y ont enterré », la façon dont le Montalbanais apparaît dans l’œuvre graphique de Picabia est un peu moins connue.

En particulier à travers les couvertures en noir et blanc que le dadaïste réalise pour la revue Littérature au début des années vingt, qui empruntent si souvent aux dessins préparatoires d’Ingres conservés à Montauban, parmi les premiers à avoir été publiés grâce aux soins d’Edouard Gatteaux d’abord et d’Henry Lapauze un peu plus tard.

L’exposition organisée par le Musée Ingres Bourdelle avec nombre d’institutions muséales et collections privées, donne une place particulière à la création graphique de ces deux artistes, sans négliger pour autant leur œuvre picturale.

Plus d’informations : museeingresbourdelle.com