Ce 25 septembre, le musée de Lodève renoue avec les expositions individuelles. Pour son exposition d’hiver, le musée invite le public à rencontrer l’artiste Jean-Francis Auburtin, un artiste sensible et coloriste exceptionnel à travers une rétrospective qui durera jusqu’au 27 mars 2022. 

Né dans le tourbillon d’un siècle finissant parsemé de contradictions et de fortes personnalités, Jean-Francis Auburtin (1866-1930) est à la fois perméable à de multiples influences tout en entretenant sa liberté qu’une facilité matérielle lui permet.Très attiré par l’impressionnisme et l’école de Pont-Aven, il accepte volontiers des commandes officielles académiques. Tout en flirtant avec l’orientalisme, il s’inspire du symbolisme auquel il emprunte un vocabulaire de sirènes et de faunes, de cyclopes et de centaures.

Inspirées par son maître Puvis de Chavannes, ses grandes décorations murales, versant officiel de l’art d’Auburtin, ne l’ont pas empêché de mener parallèlement une carrière, plus intime, de paysagiste. Ainsi, le Jean-Francis Auburtin auquel le musée de Lodève rend hommage aujourd’hui, s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet…

En véritable « portraitiste de la nature » , Auburtin décèle dans chaque paysage le caractère intime du lieu. Lors de ses marches, il traque le motif, le capture dans ses carnets et amasse ainsi un riche répertoire de formes picturales.

Son oeuvre, et même son univers seront donc à découvrir dès le 25 septembre au musée de Lodève. Autour de cette exposition, des visites guidées seront proposées mais également un catalogue, un parcours pour les plus jeunes et des ateliers réservés aux familles.

Plus d’informations : museedelodeve.fr

Crédit photo : L’Aiguille d’Étretat, ciel rouge, vers 1898-1900. Gouache sur papier, 50,5 x 66,6 cm,Collection particulière © François Doury.