Littérature : Manolete, Le calife foudroyé d’Anne Plantagenet

Les éditions Au diable Vauvert n’ont jamais caché leur goût prononcé pour le monde de la tauromachie, si présent et prégnant en Camargue. Il n’est donc guère étonnant de voir rééditer cette biographie de l’un des plus célèbres toréros du XXème siècle, Manuel Rodriguez dit Manolete, et plus hyperboliquement « el Monstruo » – sans doute par référence à son physique ingrat, peu conforme aux codes de la corrida, surtout pour sa façon nouvelle de pratiquer, sobre, stoïque et audacieuse. Au-delà du découpage en chapitres, le livre est construit en trois parties et un épilogue : en gros le début et la fin relatent les états d’âme du célèbre cordouan, épuisé, controversé, tiraillé entre deux passions les heures précédant sa mort brutale, à trente ans, aux arènes de Linares. La partie centrale raconte les étapes de son existence, de sa décision paradoxale et précoce de vouer sa vie à la corrida à son ascension difficile, puis son triomphe, sa notoriété universelle et bien sûr sa disparition qui justifie l’épilogue, posthume. De la misère à l’opulence qui fait des envieux. Les non initiés trouveront dans cet ouvrage les rudiments d’une activité humaine, aujourd’hui sujette à polémique, profondément ancrée dans la culture populaire mais aussi dans celle des élites (Hemingway, Churchill, Orson Welles etc. auraient pu en témoigner). Avec ses valeurs : l’amitié, la solidarité, le dévouement, le panache. Les initiés se rappelleront ce que la tauromachie actuelle doit aux ainés et particulièrement à ce Manolete, étoile d’une époque qui en comptait fort peu, par rapport à aujourd’hui où, comme disait Warhol, tous les quarts d’heure… Anne Plantagenet a choisi de mettre en évidence le tiraillement du « calife » cordouan entre son attachement excessif à sa mère et son amour sincère pour l’actrice Lupe Sino, injustement écartée par le clan pour mauvaise réputation. Entre sa dévotion indéniable voire sa foi indéfectible et son épicurisme tardif. Entre son besoin d’isolement affectif et la nécessité de se donner corps et âme au public, si ingrat pourtant, si versatile. On trouve dans cette biographie toutes les facettes, parfois les moins reluisantes, des grands sentiments humains. En arrière-plan, l’Histoire, de l’Espagne, déchirée puis réconciliée mais à quel prix, et isolée du reste du monde. 350 pages nous plongeant dans un monde lourd de soleil torride, de menaces tragiques, de blessures multiples et de beaucoup, beaucoup de passion commune. Manolete, une légende, maintes fois meurtrie, au bout du compte foudroyé, et sûrement pas un tueur en série. Mais ici comme ailleurs, chacun voit midi à sa porte, fût-elle celle d ‘un toril. BTN

Au diable vauvert – Tél. : 04 66 73 16 56 – www.audiable.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.