Né à Colombières-sur-Orb, dans l’Hérault, le scénariste et écrivain français Jean-Claude Carrière est décédé lundi 8 février, il avait 89 ans. Retour sur le parcours de ce conteur qui a écrit pour le cinéma, le théâtre ou encore la chanson. 

C’est donc au nord de Béziers, à Colombières-sur-Orb, que naît Jean-Claude Carrière le 17 septembre 1931. Fils de viticulteurs, sa famille viendra s’installer en région parisienne alors qu’il est âgé de 14 ans. Diplômé d’histoire puis de l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, il publie son premier roman en 1957 sous le pseudonyme de Benoît Becker.

De Tati à Buñuel et Deray 

Il se tournera rapidement vers le cinéma et fait une rencontre déterminante celle de Jacques Tati pour lequel il doit écrire une novélisation des Vacances de Monsieur Hulot, puis de Mon oncle, comme l’indique Le Monde. Suivront alors de nombreuses collaborations notamment avec Luis Buñuel – cela durera 19 ans – mais également avec Jacques Deray, Jean-Claude Carrière participera à l’écriture de La Piscine (1969) et de Borsalino (1970). Autre rencontre marquante de sa carrière, celle avec le réalisateur tchèque Miloš  Forman, pour qui il adaptera Les liaisons dangereuses.

En tout, Jean-Claude Carrière aura proposé une soixantaine de scénarios pour le cinéma, une production qui lui vaudra plusieurs récompenses. En 1983, il reçoit le César du meilleur scénario pour Le retour de Martin Guerre, puis, en 2014, l’ensemble de son oeuvre est célébré par un Oscar d’honneur.

Du théâtre à l’écriture de chansons

S’il est l’auteur de nombreux scénarios pour le cinéma, il ne faut pas oublier les nombreuses contributions de Jean-Claude Carrière au théâtre. Parmi elles, et sans doute l’une des plus importantes : l’adaptation pour la scène de Mahâbrârata, une épopée de la mythologie hindoue. Une pièce qui donnera lieu à une représentation historique de neuf heures au festival d’Avignon en 1985, puis au théâtre des Bouffes du Nord à Paris.

Jean-Claude Carrière a toujours conservé ce lien précieux avec le théâtre, mais également avec Montpellier. Président du Printemps des comédiens à Montpellier depuis 1990, il a toujours gardé un lien fort avec l’Hérault et sa préfecture, où un théâtre porte son nom, au coeur du Domaine d’O et qu’il aimait retrouver à chaque saison estivale.

En tout, le conteur Jean-Claude Carrière laisse derrière lui environ 80 ouvrages composés de récits, d’essais, de traductions ou encore de fictions, de scénarios et d’entretiens. Enfin, il est également l’auteur de chansons pour Juliette Gréco, Jeanne Moreau ou Brigitte Bardot, et a joué dans une quinzaine de films.

Hommage

Les hommages se sont succédés au cours de ces derniers jours pour souligner l’importance de l’oeuvre de Jean-Claude Carrière et son impact tant pour le cinéma que pour le théâtre. Voici celui de Kleber Mesquida, Président du Département de l’Hérault : « Au nom du Département, j’adresse mes condoléances à sa famille et à ses proches. Pour tous ceux qui ont l’Hérault chevillé au corps, Jean-Claude Carrière était une fierté départementale, sa présence un honneur. Il le disait lui-même, Jean-Claude Carrière était un enfant d’ici. Si son travail et sa notoriété en ont fait un homme de la nation, si les hommages et les mérites recueillis durant sa vie ont fait sa stature internationale, il est originaire de Colombières-sur-Orb et a toujours gardé une attache très solide à ce pays qui l’a vu naître en 1931. Si l’Hérault aimait Jean-Claude Carrière, ce dernier a su lui rendre cet amour sans compter. Parmi ses romans, Vin bourru (2010) met à l’honneur ce territoire où il raconte son enfance héraultaise. En 2014, dans une volonté de créer des ponts entre la médiathèque départementale et le théâtre SortieOuest (la scène de Bayssan aujourd’hui), le centre de ressources, ainsi crée, bénéficia de la générosité si caractéristique de Jean-Claude Carrière qui lui offrit 2 500 ouvrages issus de sa bibliothèque personnelle, construite au fil des années de recherches et de travail sur le conte et les traditions orales. Cette figure héraultaise du monde culturel laisse une empreinte inestimable dans nos cœurs et nos esprits et rejoint désormais ses illustres prédécesseurs et je tenais à lui rendre ce dernier hommage. »

Photo : ©Romanceor