Jean Ranc, un Montpelliérain à la cour des rois au Musée Fabre de Montpellier

1. Jean Ranc (Montpellier, 1674 – Madrid 1735), Portrait de Louis XV, âgé de 9 ans, en costume royal, assis sur le trône, 1719, huile sur toile, 226 x 168 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot.
5. Jean Ranc (Montpellier, 1674 – Madrid 1735), Vertumne et Pomone, vers 1710 – 1722, huile sur toile, 170 x 120 cm, Montpellier, Musée Fabre © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole, photographie Frédéric Jaulmes.

Depuis quelques années, le musée Fabre poursuit ses hommages aux grandes figures artistiques de la région, comme Sébastien Bourdon, Jean Raoux, Alexandre Cabanel ou encore Frédéric Bazille. C’est dans cette perspective que le musée a décidé de faire la première rétrospective internationale sur Jean Ranc, peintre au style singulier et au parcours atypique et prestigieux.

Jean Ranc nait à Montpellier en 1674. D’abord formé à l’atelier de son père, il part pour Paris en 1696 et devient le collaborateur de Hyacinthe Rigaud, peintre perpignanais auteur du tableau de Louis XIV en grand costume royal. Il est ensuite reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1703. Il acquiert ensuite une renommée qui lui permet d’exécuter des portraits de personnalités toujours plus prestigieuses, jusqu’à atteindre le sommet en immortalisant le jeune roi Louis XV. Sa carrière prend un tournant en 1722 lorsqu’il devient portraitiste à la cour du roi d’Espagne Philippe V. Il peint alors toute la famille royale espagnole.

2. Jean Ranc (Montpellier, 1674 – Madrid 1735), Portrait équestre de Philippe V, roi d’Espagne, vers 1723, huile sur toile, 335 x 270 cm, Madrid, Museo Nacional del Prado. © Museo Nacional del Prado, Dist. RMN-GP / image du Prado

Ce peintre, célèbre au musée Fabre pour son tableau Vertumne et Pomone, était plutôt spécialiste du portrait. Il est moins connu que certains de ses contemporains, mais a pourtant développé un style propre dirigé par l’élégance. Il appréciait particulièrement peindre les différentes textures des tissus, du satin au velours, tout en ayant une palette de couleurs très appréciée à l’époque. La dignité des gestes, notamment le placement des mains élégantes, sont devenus une des caractéristiques propres à son art. Le musée Fabre propose cette exposition unique autour de ce peintre au destin exceptionnel. TL
Jusqu’au 26 avril au Musée Fabre de Montpellier.

Retrouvez également notre interview de Michel Hilaire (directeur du Musée Fabre):

1. Jean Ranc (Montpellier, 1674 – Madrid 1735), Portrait de Louis XV, âgé de 9 ans, en costume royal, assis sur le trône, 1719, huile sur toile, 226 x 168 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.