Issé un opéra de Destouches oublié depuis 320 ans

Recréation à Montpellier d’un opéra oublié 320 ans après !
(Version de concert)

ANDRE-CARDINAL DESTOUCHES
Mousquetaire du Roi devenu Surintendant de la musique de chambre à Versailles

ISSE – Pastorale héroïque
Musique d’André-Cardinal Destouches (
1672-1749)
Livret d’Antoine Houdar de La Motte (1672-1731)

Pastoral héroïque pris  sur un argument tiré d’un vers d’Ovide:
« Comment Apollon déguisé en Berger trompa Issé… ».

« La beauté des vers, la tendresse des sentiments, les coloris originaux de l’orchestration, la douceur des mélodies, l’originalité des accompagnements, tout concourt à faire d’Issé le modèle de la pastorale en musique… » (Les Surprises)
Le 7 octobre 1697 à Fontainebleau,  Louis XIV assistait à la première exécution, en trois actes mais sans Prologue d’ISSE Pastorale Héroïque. Enchanté, le roi demanda à Destouches de rajouter un Prologue pour une représentation à Versailles (décembre 1797).
Plus tard en 1706, Destouches rajoutera  2 actes supplémentaires, comme il en était l’usage.
La version donnée le 18 juillet prochain au Corum-Montpellier est  la recréation de la version de 1724 reprise par l’Académie Royale.
Il existe une version encore la plus tardive de l’ouvrage de décembre 1773, revue par Berton, directeur de l’Opéra et Maître de musique du roi louis XV.  Vraisemblablement remontée pour le mariage du second frère de Louis XVI, le comte d’Artois, futur Charles X avec Marie-Thérèse de Savoie.

Recréation à Montpellier 320 ans après d’un opéra oublié
La présentation d’Issé Pastorale Héroïque à Montpellier le 18 juillet (avant une tournée 2018-2019) est le fruit d’un solide travail de recherche sur les différentes sources de l’œuvre entrepris par Louis-Noël Bestion de Camboulas avec le concours du Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV). Concomitamment, une édition moderne d’Issé sera  publiée  s’ajoutant aux collections existantes du CMBV.
La petite vidéo ci-dessous vous permet de découvrir le travail de recherche historique et musicologique entrepris par le CMBV. 2000 œuvres ont été publiées depuis la création du Centre ….et les archives versaillaises sont à peine encore entamées.
Tout a été conservé de la vie à la Cour Versaillaise.
https://you tube/kX7dHGdVv7E

La musique de Destouches n’est pas inconnue des montpelliérains
En janvier 2006, Hervé Niquet et  le Concert Spirituel en résidence à l’OOMN présentaient à l’Opéra-Comédie Callirhoé, mise en scène de René Koering (au disque chez Glossa).
Hervé Niquet monta aussi en 2007 au festival d’Ambronay, Le Carnaval et la Folie, comédie-ballet de 1703.
L’ensemble les Ombres, actuellement en résidence à l’OONM, promeut lui-aussi la musique de Destouches.
(Après Sémélé en 2009) ils seront de nouveau, le 5 octobre prochain à Ambronay pour la recréation de Sémiramis (version concert et disque à venir).

Destouches, un mousquetaire qui va trouver sa voie dans la musique
André Cardinal Destouches, fils d’Étienne Cardinal, seigneur des Touches et de Guilleville, prit le nom de Destouches en 1694.
Mousquetaire du Roi Louis XIV, il participa à quelques sièges militaires (Namur 1692). Auparavant, il  fit parti de l’escorte chargée par le roi de raccompagner  les ambassadeurs du roi de Siam venus à la Cour de Versailles en 1686. Une mission diplomatique décidée pour tenter de contrer l’influence hollandaise sur le commerce en Asie.
De retour de ce long voyage, Il démissionna du Corps des Mousquetaires du Roi.
Autodidacte, ses dispositions naturelles pour la musique et l’envie d’en faire son nouveau métier lui firent rencontrer les compositeurs du moment. Il se liera d’amitié avec le librettiste Houdar de La Motte.
André Campra qui fut son professeur le chargea en 1697, d’écrire trois airs du projet de ballet-opéra l’Europe Galante.

André-Cardinal Destouches s’était rendu compte que personne depuis la mort de Lully ne savait vraiment plaire au Roi et qu’il y avait sans doute une place à prendre.

L’après Lully est une période féroce, voir infernale pour tous les musiciens.
En dignes héritiers de leur père (mais certainement pas en musique), les fils de  Lully abusaient du privilège royal consenti à feu leur père. Surintendant de la musique, Jean-Baptiste Lully (Baptiste) y veillait personnellement et personne ne pouvait présenter un opéra sans son accord, à défaut de s’exposer à payer une forte amende.
Pour contourner la difficulté, les musiciens s’obligeaient  à écrire une musique bizarre afin de ne pas être accusés de plagiat. D’autres compositeurs ont co-écrits associés à Baptiste comme par exemple Delalande-Baptiste  pour la pastorale: Le triomphe de la raison sur l’Amour. Le même Delalande partagea avec Baptiste, entre 1695 jusqu’en 1719, la charge de Surintendant de la musique.
Le jeune mousquetaire avait donc là matière à se faufiler dans ce marigot versaillais afin d’atteindre sa cible.
L’enseignement capital de Campra lui  en offrira les moyens.  Il allégera cadences et signes d’agréments (appogiatures, ornements, accents, pincés) Une écriture musicale ouvrant une ligne mélodique plus naturelle à l’harmonie dépouillée. Une inflexion musicale allant beaucoup plus loin que l’enseignement laissé par Lully (mélodie naturelle, chant facile et coulants sans artifices) de façon à créer de l’intensité dramatique, Il incorporera  dans sa musique des sons discordants et les affetti nécessaires.
En renouvelant le genre musical codifié à Versailles, cette modernité lui permettra de dépasser la musique de Lully et annoncera l’harmonie tonale de Rameau.
En revanche, imaginer une musique en rapport avec les ariettes italianisantes qui semblaient fort bien plaire au vieux roi.

Issé, Pastorale Héroïque…
« Le monde des bergers, les nymphes, un bel Apollon à la  libido intacte, lui l’un des dieux de l’Olympe rejeté par Daphné, est  prêt à jouer avec une nymphe aux jeux de l’amour, mais sans lui révéler qu’il est »

L’idée de composer une Pastorale Héroïque lui est venue naturellement.
Un sujet qui n’avait pas été traité en musique depuis Lully (Acis et Galatée – 1686).
Une histoire assez  plaisante (le monde des bergers, les nymphes, un bel Apollon à la  libido intacte, lui l’un des dieux de l’Olympe rejeté par Daphné, est prêt à jouer avec une nymphe aux jeux de l’amour, mais sans lui révéler qu’il est) et  moins contraignante à écrire pour un musicien autodidacte, 3 actes au lieu de cinq et sans prologue.
Issé sera jouée devant la Cour à Fontainebleau, le 7 octobre 1997.  Le roi ravi récompensera généreusement André-Cardinal Destouches. Un Prologue sera ajouté à la demande du roi, personnifié par la symbolique d’un Hercules mettant fin à tous les désordres d’un dragon dévastateur qui sème partout la ruine.
Issé fut rejouée avec succès à de très nombreuses reprises.
En octobre 1708, Destouches écrivit deux actes supplémentaires, augmentés de danses et autres divertissements.  Madame de Maintenon viendra même assister à une représentation.
Il se murmurait que c’était surtout pour voir la chanteuse du moment…
Beaucoup plus tard en novembre 1749, Madame de Pompadour s’amusera beaucoup en jouant le rôle-titre.
L’année de la création d’Issé, Campra et Houdar de La Motte inventèrent l’opéra-ballet avec L’Europe galante.
Il faudra attendre Rameau  (Zais-1718 Naïs-1749, Acanthe et Céphine-1751), pour que le genre de la Pastorale Héroïque soit repris à nouveau

Un Mousquetaire du Roi, Surintendant de la musique de chambre à Versailles.
André-Cardinal Destouches fut nommé Inspecteur général de l’Académie royale de musique (1713-1730), Surintendant de la musique de la chambre en1718, puis directeur de l’Académie royale de musique (1728-1730). Parallèlement, à partir de 1725 jusqu’à sa mort, il dirigera les Concerts de la Reine.
Ses privilèges seront maintenus par Louis XV jusqu’en 1728. En 1730, il laissera sa place à  Campra.

Les opéras de Destouches
Issé, Pastorale Héroïque sur un livret d’Antoine Houdar de la Motte (1697)
Amadis de Grèce, Tragédie en musique sur un livret d’Antoine Houdar de la Motte (1699)
Marthésie, reine des Amazones, Tragédie en musique sur un livret d’Antoine Houdar de la Motte  (1693)
Omphale, Tragédie en musique sur un livret d’Antoine Houdar de la Motte (1701)
Le Carnaval et la Folie, Comédie-ballet sur un livret d’Antoine Houdar de la Motte (1703)
(Recréation au festival d’Ambronay en 2007 – Hervé Niquet).
Callirhoé, Tragédie Lyrique sur un livret de Pierre-Charles Roy (1712)
Recréation Beaune 2005 –Montpellier version scénique-2006) mis au disque par Hervé Niquet (label Glossa).
Télémaque ou Calypso, Tragédie lyrique sur un livret de Simon-Joseph Pellegrin (1714)

Après  la mort de Louis XIV (1er septembre 1715), Il continuera avec :
Sémiramis, Tragédie lyrique sur un livret de Pierre-Charles Roy  (1718)
Recréation prévue à Ambronay le 5 octobre 2018.
Sémélé cantate à 1 voix de 1719 (rejouée en 2009 au festival d’Ambronay – les Ombres).
Les Eléments opéra-ballet (l’air, l’eau, le feu, la terre) livret de Pierre-Charles Roy (1721).
Suivi en 1737 de la version simphonie écrite avec Jean-Féry Rebel (beau-frère de Delalande).
Les Stratagèmes de l’Amour, Ballet héroïque sur un  livret de Pierre-Charles Roy écrit à l’occasion du mariage de louis XV (1726).

Mais comment se fait-il que Destouches soit tombé dans l’oubli ?
Un intervalle de 40 ans sépare la mort de Lully (1632-1687) de l’avènement de Rameau (1683-1764) et l’histoire ayant conservé Lully retiendra surtout Rameau.
Rameau, génie musical a tout balayé par ses inventions et la modernité de sa musique. Sans doute a-t-il puisé quelques idées en étudiant la technique particulière d’instrumentation de Destouches, lequel n’aurait apparemment composé que de la musique d’opéra, vite dépassée par les influences italiennes et germaniques.
1750, l’année de la mort de Bach signe aussi symboliquement la fin de la période baroque.
Presque tous les compositeurs de cette période intermédiaire (Desmarets, Campra, Rebel, Marin Marais, Mondonville, Gossec, Grétry, Monsigny  etc…)  se sont en revanche essayés  à la musique instrumentale (ou religieuse lorsqu’ils en étaient autorisés). Le répertoire instrumental a finalement survécu au temps,  joué et recopié dans les salons de musique, plus tard donné au concert payant ou conservé dans  les églises.
A l’exception de la simphonie les Eléments écrite conjointement avec Rebel, on ne sait pas si Destouches s’est essayé à la musique instrumentale ou religieuse.

Liste indicative des pastorales héroïques portées à notre connaissance
Période 1670-1770
1671 R. Cambert – Pomone  –
1671 R. Cambert Les Peines et les Plaisirs de l’Amour
1672 J.-B. Lully – Les Fêtes de l’Amour et Bacchus
1685 J.-B. Lully – L’Idylle sur la Paix
1686  J.-B. Lully – Acis et Galathée
1691 T. Gatti -Coronis
P. Colasse & J.-B. Lully – La Naissance de Vénus
1697 A. C. Destouches Issé
1718  T. Bertin – Le Jugement de Pâris
1730  F. Rebel – Pastorale héroïque
1731  C. de Blamont-  Endymion
1741 M. de Brassac – Demi-Dieux ou Linus
1741  J.-J. Mouret – Le Temple de Gnide
1741 J. C. de Mondonville – Isbé
1747 J. B. de Boismortier-  Daphnis et Chloé
1750  F. Francoeur& F. Rebel -Ismène
1750    P. de La Garde -Æglé
1751 J.-Ph. Rameau Acanthe et Céphise ou la Sympathie
1753  J. C. de Mondonville Titon et l’Aurore
1753  J.-J. Rousseau – Le Devin du village
1755 J. C. de Mondonville – Daphnis et Acimadure
1771 La Borde  La Cinquantaine
Sources : Répertoire général du théâtre de l’Académie royale / L’Opéra (1669 – 1925) – J.G. Prodhomme

L’Ensemble Les Surprises emprunte son nom à l’opéra-ballet « Les Surprises de l’Amour »…
« L’Ensemble Les Surprises est un ensemble baroque « à géométrie variable », crée en 2010 à l’initiative de la violiste Juliette Guignard et Louis-Noël Bestion de Camboulas, organiste et claveciniste. L’ensemble Les Surprises emprunte son nom à l’opéra-ballet Les Surprises de l’Amour, de Jean-Philippe Rameau.
Sous la bonne étoile de ce compositeur, les Surprises explorent la musique d’opéra dans tous ses états !
En prenant la direction artistique de cet ensemble, Louis-Noël Bestion de Camboulas souhaite participer à la redécouverte du répertoire baroque par de nouvelles interprétations et explorer toutes les richesses sonores d’orchestration possibles grâce à L’instrumentarium baroque.
Le travail de l’ensemble Les Surprises s’ancre dans une démarche de recherche musicologique et historique. Ainsi Louis-Noël Bestion de Camboulas s’attache à retrouver et mettre en valeur des partitions n’étant encore jamais sorties des fonds musicaux de la Bibliothèque Nationale de France depuis la fin du XVIIIe siècle : « faire la recréation de Issé, le premier opéra d’un génial mais encore trop méconnu compositeur, paraissait comme une évidence. Quelques 320 ans après, cette œuvre paraît comme un des piliers dans cette période post-Lully et pré-Rameau. En effet « Destouches, tout en se situant dans la lignée du premier, ouvre un horizon vers l’ère ramiste avec cette Pastorale Héroïque, mêlant des épisodes tragiques à d’autres comiques et en augurant la mode de l’esprit « pastoral ».
Solistes  et musiciens présents à Montpellier :
Solistes et chœur :
Eugénie Lefebvre, Chantal Santon, soprano(s) – Martial Pauliat, Stéphen Collardelle, haute-contre(s) – Mathieu Lécroart, Etienne Bazola, David Witczak, baryton(s)
Choristes : Cécile Achille, Amandine Trenc, sopranos – Martin Candela, ténor –  NN, baryton

Instrumentistes :
Sophie Iwamura, Gabriel Ferry, Anaëlle Blanc-Verdin, Adrien Carré, violons – Lika Laloum (ou Joël Oechslin), Tiphaine Coquempot, Géraldine Roux, altos – Sandra Latour, Matthieu Bertaud, flûtes – Xavier Miquel, Nathalie Petibon – hautbois – Lucile Tessier,basson – Julien Hainsworth, Marjolaine Cambon, violoncelles – Juliette Guignard, viole de gambe – Etienne Galletier, Marie Langlet, théorbes et guitares – Marie-Amélie Clément (ou Gautier Blondel), contrebasse – Clément Geoffroy, clavecin – Joël Grare, percussions .

 Coproduction Centre de Musique Baroque de Versailles – Festival Baroque de Pontoise – Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine, programme crée avec le soutien de l’ADAMI et de la SPEDIDAM
Avec le soutien de la Caisse des Dépôts et de la Fondation Orange
Partition réalisée par le Centre de musique baroque de Versailles
Ce programme fait l’objet d’un enregistrement pour le label Ambronay
L’Ensemble les surprises se présente dans une petite vidéo :
https://youtu.be/ILTUnCJlZ6c
www.les-surprises.fr
www.facebook.com/lessurprises 
https://www.les-surprises.fr/discographie/

Récompenses –discographie – résidence
En 2014, l’ensemble Les Surprises a reçu le prix « Révélation musicale » décerné par le Syndicat professionnel de la critique de théâtre musique et danse, prix attribué pour la première fois à un ensemble de musique baroque en cinquante ans de palmarès
Depuis 2016, Les Surprises est « ensemble en résidence » au Festival Baroque de Pontoise pour trois années.
À partir de 2017, l’ensemble Les Surprises est « ensemble associé » au label Ambronay Éditions pour trois ans : le premier disque de ce partenariat, intitulé « L’Héritage de Rameau », est paru en novembre 2017.  Depuis sa création, l’ensemble se produit dans de nombreuses salles et festivals à travers l’Europe : chapelle royale de Versailles, Opéra de Massy, théâtre Imperial de Compiègne, Radio France, festival d’Ambronay, festival Sinfonia en Périgord, festival Sanssouci (Potsdam – Allemagne), saison des Bozar (Bruxelles – Belgique), festival Monteverdi (Cremona – Italie), Monaco, Palestine, etc.
L’ensemble Les Surprises a enregistré trois disques pour le label Ambronay Éditions (distribution Harmonia Mundi) : « Rebel de père en fils » en 2013 et « Les Éléments » en avril 2016. Tous deux ont reçu de vifs éloges de la presse nationale et internationale (5 de Diapason, Diamant d’Opéra-Magazine…).

QUELQUES VIDEOS DISPONIBLES SUR YOU TUBE….

N’hésitez pas à visionner, cette passacaille superbement dansée suivant les codes en usage à Versailles (Armide de Lully) :
https://youtu.be/YvpFNDhVMWo

Sur You Tube, un aperçu des talents artistiques de l’ensemble Les Surprises avec des extraits de l’opéra-Ballet « les Eléments » de Destouches & Delalande :
L’Ensemble les Surprises : Louis-Noël Bestion de Camboulas – Élodie Fonnard, soprano – Eugénie Lefebvre, soprano – Etienne Bazola, baritone.
https://youtu.be/Pf1liqMBLFs
Minutage : 00:00]I. Ouverture Prologue: Le Chaos [02:05] I. Scène 1: Les Temps sont arrivés… (Le Destin, Chœur des divinités) [05:30] II. Scène 2: Tandis qu’entre les Dieux le monde se partage…(Vénus, Le Destin) [08:56] III. Scène 2: Sarabande et deuxième air pour les suivants de Vénus [10:54] IV. Scène 2: Air. Ne prenez que l’Amour pour maître… (Vénus) – Menuets [12:52] V. Scène 2: Ouverture (reprise) Deuxième Entrée: L’Eau [14:30] I. Scène 1: Prélude. Enfin, belle sirène…(Doris, Leucosie) [18:20] II. Scène 1: Air. La Mer était tranquille…(Leucosie) [20:30] III. Scène 1: Tempête. Quel orage, quel bruit… [22:49] IV. Scène 2: Marche. C’est peu de vous sauver…(Neptune) [25:45] V. Scène 2: Chœur. Qu’à nos sons éclatants… [28:02] VI. Scène 2: Air pour les Néréides – Air pour les Divinités [29:48] VII. Scène 2: Air et Chœur. Jeunes beautés, venez… – Air pour les Divinités Première Entrée: L’Air [31:47] I. Air pour les Heures [34:29] II. Heures favorables aux vœux d’un amant… (une Heure, Junon) [35:29] III. Air pour les Zéphirs. Vole à nos voix… (une Heure, Junon) [37:28] IV. Air pour les heures et les Zéphirs, Passepied Troisième Entrée: Le Feu [39:26] I. Scène 1: Prélude. Flamme que révère… (Émilie, les Vestales) [41:03] II. Scène 1: Air. Brillez dans ces beux lieux… (Émilie) [43:36] III. Scène 1: Premier et deuxième air pour les Prêtresses [44:46] IV. Scène 1: Air. Ô Vesta, terrible déesse… (Émilie) – Deuxième air pour les Prêtresses [46:20] V. Scène 2: Sortez, tant que la nuit… (Émilie) [47:01] VI. Scène 3: Ah, Valère quel temps… (Émilie, Valère) [50:54] VII. Scène 4: Bruit de tempête, Quel bruit affreux… [52:24] VIII. Scène 5: Qu’ai-je fait, quelle horreur… (Émilie, Valère) [55:32] IX. Scène 5: Ciel implacable que j’adore… [56:46] X. Scène 6: Mais ! Quel éclat… (Émilie, Valère, L’Amour) [58:17] XI. Scène 6: Air. Venez peuples, venez… (L’Amour) Quatrième Entrée: La Terre [59:21] I. Air. Ô nuit, déploie ici tes voiles… (un Berger) – Sarabande [01:05:24] II. Musette [01:06:50] III. Air. Charmant Amour, lancez tous vos traits… (Pomone), – Musette. De nos fleurs les vives couleurs [01:10:54] IV. Chaconne

Autre version disponible sur You Tube « Les Eléments »
Un court extrait, version Musica Antiqua Köln, Reinhard Goebel, direction. http://clanfaw.free.fr/1108270145.mp3

 «Le Carnaval et la Folie» Comédie-ballet en quatre actes et un prologue sur un livret d’Antoine Houdar de la Motte, version Hervé Niquet, opéra de Destouches sur You Tube
Avec Paul Henry Vila – Carnaval Mélodie Ruvio – Folie Marduk Serrano Lopez – Momus Reinoud van Mechelen – Plutus Emmanuelle de Negri – Jeunesse Marc Callahan – Jupiter Marion Tassou – Vénus Marc-André Pronovost – Chef des Matelots Enrique Alberto Martinez Rivero – Professeur de Folie Daniel Cabena – Un Musicien Sorin Dumitrascu – Un Poète –  Choeur, danseurs et Orchestre de l’Académie baroque européenne d’Ambronay placés sous la direction d’Hervé Niquet.
https://youtu.be/MuK9UlXyzvY

Et si vous êtes très impatients de découvrir Issé :
Sur You Tube, la version de Leonardo Garcia-Alarcon enregistrée en concert à Bruxelles le 24 avril 2013
Avec Julie Fuchs, Caroline Weynants, Paul Agnew, Marc Mauillon, le Chœur de chambre de Namur, Les Agrémens
https://youtu.be/8D6zoQ2poHM

 

Au disque

  1. A Versailles entertainment for Louis XIV, XV, XVI Works by Lully, Rameau, Gluck
    Chantal Santon-Jeffery (soprano), Emőke Baráth (soprano), Thomas Dolié (baritone)
    Purcell Choir, the Budapest-based Purcell Choir and Orfeo Orchestra Conductor: György Vashegyi
    Release date 15th Dec 2017 – Catalogue No: GCD924002 -Label: Glossa
  1. Le Concert Spirituel: A 25th-anniversary celebration
    Le Concert Spirituel, Hervé Niquet
    Release Date: 22nd Oct 2012 – Catalogue No: GCD921626 -Label: Glossa
  1. Rebel: Les Eléments & Destouches: Les Eléments
    The Academy of Ancient Music, Christopher Hogwood
    Release Date: 22nd Aug 1989 – Catalogue No: 4216562 – Label: Decca (L’Oiseau Lyre)
  1. Delalande & Destouches: Les Eléments
    Ensemble les Surprises  Élodie Fonnard, Etienne Bazola, Eugénie Lefebvre
    Conductor : Louis-Noël Bestion de Camboulas
    Release Date: 29th Apr 2016 – Catalogue No: AMY046 Label: Ambronay Editions
  1.  Handel, Marais & Destouches: Sémélé
    Chantal Santon Jeffrey, Mélodie Ruvio
    Les Ombres, Sylvain Sartre & Margaux Blanchard
    Release Date: 9th Mar 2015 – Catalogue No: MIR260 – Label: Mirare
  1. A Choice Collection of Dances: Music for Baroque Dances at Court and Theatre
    Ursula Dütschler (harpsichord), Onno Verschoor (recorder), Jan Pieter van Coolwijk (baroque violin), Lucas van Helsdingen (baroque oboe), Susanne Braumann (viola da gamba)
    Accademia Amsterdam
    Release Date: 1st Sep 2012 – Catalogue No: CRC3167 – Label: Centaur
    Une plage Cde consacrée à Destouches: La gouastalla (air de danse)
    https://youtu.be/Df5ws7cD_Yk 
  1. Callirhoé :
    Stéphanie d’Oustrac, Cyril Auvity, Joao Fernandes, Ingrid Perruche, Renaud Delaigue, Stéphanie Revidat, Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, direction
    Release date: May 2005 – Catalogue n° GES 921612-F – Label: Glossa

Michel Pavloff, juillet 2018

LE CMVB
« Centre de musique baroque de Versailles y propose une session dédiée à l’édition et à l’interprétation.
Éditer et interpréter le répertoire français des XVIIème et XVIIIème siècles nécessite un travail spécifique sur les sources pour les aspects techniques et esthétiques (types de voix, orchestration, facture instrumentale…) si l’on veut faire revivre ces musiques dans les meilleures conditions possibles ».
« La musique française ne souffre pas d’un manque de sources ; au contraire, leur abondance pose des problèmes d’édition. En complément des partitions, les traités, les documents d’archive, les journaux, les périodiques, les dessins et les peintures peuvent aussi nous aider à identifier des caractéristiques d’interprétation. Le CMBV travaille sur ces sujets depuis plus de trente ans, et propose des solutions pour l’interprétation à travers ses éditions. Cette conférence s’intéressera à la complexité et à la variété du cas français à partir d’exemples tirés de projets en cours, parmi lesquels :
• l’édition complète des airs de Lully, Rameau et Gluck ;
• l’édition du répertoire italien conservé dans les sources françaises ;
• l’édition d’Issé, réalisée au CMBV, la première et la plus connue des pastorales héroïques de son temps » « Chaque nouvelle reprise à l’opéra de Paris, entre 1697 et 1773, a généré une nouvelle partition et un nouveau livret. Lequel choisir pour une édition ou une interprétation moderne ? »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.