Commissaire d’exposition, historien de l’art, critique d’art… Nicolas Bourriaud est spécialiste de l’art contemporain. Il dirige le Palais de Tokyo de 2000 à 2006, puis l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris de 2011 à 2015. Après ce parcours dans la capitale, c’est à Montpellier qu’il pose ses bagages. Le maire Philippe Saurel le nomme chef de projet du Mo.Co, un projet unique regroupant trois structures (l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Montpellier, la Panacée et l’Hotel des collections) visant à développer l’art contemporain dans la ville. Le projet a abouti l’année dernière.

Mais l’art contemporain pose des questions, notamment sur l’accrochage ou la médiation. La transmission de l’art est-elle en train de changer ? D’évoluer ? Le livre n’est-il pas obsolète pour ces œuvres toujours plus novatrices ? Si non pourquoi ? Le besoin d’écrire sur l’art est-il encore présent ? Nicolas Bourriaud nous a reçu dans son bureau de l’Hôtel des collections, et nous avons pu poser l’interroger sur l’intérêt de l’écriture et de l’objet livre dans l’art contemporain d’aujourd’hui.