« Une édition bigarrée ! » promet Jean-Paul Montanari

Devant les élus de la Métropole et de la Région Occitanie, Jean-Paul Montanari a présenté la 37e édition du Festival Montpellier Danse. « Un panorama de ce qui se passe dans le monde, à cheval sur plusieurs générations, le plus jeune chorégraphe a 35 ans, le plus âgé, 85 ans. Les différentes disciplines sont représentées, la danse néo-classique, la post modern dance, le hip hop et le performing art.  Tous les continents sont représentés sauf l’Asie. Plusieurs chorégraphes viennent d’Amérique du Sud. Ce sera un festival bigarré », résume Jean-Paul Montanari.  A noter les chorégraphies de trois anciens de chez Bagouet : Angelin Preljocaj, Fabrice Ramalingom et Bernardo Montet. Pas moins de treize créations. Les deux tendances, grand public et recherche sont également représentées dans ce festival qui va irriguer une quinzaine de communes de l’agglo.

Les locations sont ouvertes

Spectral Evidense, musique de John Cage et La Stravaganza, musique de Vivaldi, deux pièces de New-York, d’Angelin Preljocaj, 23 et 24 juin, Opéra Berlioz, Le Corum.

Put your heart under  your feet… and walk,  création, performance de  Steven Cohen, en hommage à Elu, son amour décédé. 24 et 26 juin, CDN, Montpellier.

Historias flamenco de Séville, chorégraphie et danse Antonio Canales et Rafael Campallo, chant Segundo Falcon, du pur flamenco, 24 au 26 juin, Théâtre de l’Agora, Cité de al danses, Montpellier.

El Baile, chorégraphie et conception de Mathilde Monnier et Alan Palus, inspiré par le Bal, mise en scène par Jean-Claude Penchent, en création à Buenos-Aires, 25 et 26 juin, Opéra Comédie, Montpellier.

Endor chorégraphie de David Sampath, retour sur l’histoire de la performance et des pratiques d’art action, 26 et 27 juin, studio Bagout.

Networks, chorégraphies d’Emmanuel Gat par le ballet de l’Opéra de Lyon, ces dix pièces sont dédiées à Jean-Paul Montanari qui le soutient depuis 25 ans, 30 juin au 2 juillet, Théâtre de l’Agora, cité de la danse, Montpellier.

Duos, créations, chorégraphie d’Emmanuel Gat, 25 au 29 juin, sur l’espace public, Montpellier. Gratuit.

Atelier professionnel International avec Emmanuel Gat, présentation publique, 6 juillet, cour de l’Agora, cité de la danse Montpellier, gratuit sur inscription

Nos, tupi or not tupi? conception et chorégraphie Fabrice Ramalingom, finit par s’intéresser au hip hop après l’avoir longtemps tenu à distance, 28 et 29 juin

Autoctonos, pièce pour 4 danseuses et une musicienne, chorégraphie d‘Ayellen Parolin, inspiré par une femme, un des personnages du livre 2666 de Roberto Bolaño, 29 et 30 juin, studio Bagouet, Cité de la danse, Montpellier.

Bacchantes-prélude pour une purge, chorégraphie de Marlène Monteiro Freitas, référence à Euripide, entre les champs d’Apollon et de Dionysos, 29 et 30 juin, Opéra Comédie, Montpellier.

Tapis rouge, chorégraphie et interprétation Nadia Beugré, le public aura l’initiative d’inventer sa manière de participer et de faire partie du dispositif, 1 juillet, La Vignette, Université Paul-Valéry, Montpellier.

Soft vituosity, still humid, on the edge, chorégraphie de Marie Chouinard, par la marche ses danseurs expérimentent de nouvelles architectures du corps. 1 juillet, Opéra Berlioz, Le Corum, Montpellier

Dança Doente, conception et chorégraphie Marcelo Evelin, l’idée vient de la  fascination de l’artiste pour le buto, 2 et 3 juillet, CDN, Théâtre de Grammont, Montpellier.

Flood, chorégraphie de Daniel Linehan, pour la première fois à Montpellier danse, pièce sur le thème des apparitions et des disparitions, 3 et 4 juillet, studio Bagouet, Cité de la danse, Montpellier.

Hommage à Hans van Manen, par le Dutch National ballet à travers 7 pièces du chorégraphe de 85 ans, réparties en deux programmes, 4 et 5 juillet, Opéra Berlioz, Le Corum, Montpellier.

Carne, chorégraphie de Bernardo Montet pour 5 danseurs., une manifestation du tremblement jusqu’à son propre débordement. 5 et juillet, Théâtre La Vignette, université Paul-Valéry, Montpellier.

Bascule, chorégraphie de David Wampach, sur le thème du déséquilibre, deux hommes et une femme, 6 et 7 juillet, studio Bagouet, cité de la danse, Montpellier.

Love chapter 2, chorégraphie Sharon Eyal et Gai Behar,  une pièce très privée à regarder comme une de loin comme une petite souris. 6 et 7 juillet, Opéra comédie, Montpellier.

Merce Cunningham, un demi-siècle de création chorégraphique en images, cinéma et vidéo, 28 au 30 juin, 1 juillet, salle Béjart, Cité de la danse, Montpellier.

Et aussi, soirée cinéma avec Arte, 23 juin au 7 juillet, salle Béjart ; Montpellier danse dans la métropole, 24 juin au 5 juillet ; Les grandes leçons de danse, 24 juin au 7 juillet, sur les places de Montpellier et de la Métropole ; Echec et chef-d’œuvre, apéro débats, foyer du Théâtre de l’Agora, 27 juin, 3 et 7 juillet.

Tout le programme et toutes les informations pratiques sur www.montpellierdanse.com