La maison d’édition Fata Morgana fut fondée en 1966 par Bruno Roy. Dirigée aujourd’hui par David Massabuau, elle est spécialisée depuis des décennies dans le domaine de la littérature et des arts. Une vision singulière de l’édition qui a fait sa renommée régionale, et même nationale.

Depuis sa création à Saint-Clément-de-Rivière dans l’Hérault, Fata Morgana s’est créée une identité à partir d’une méthode d’édition unique. David Massabuau nous explique : « Nous partageons notre activité en deux. Une première partie pour les livres de librairie, qui ont tout de même un rapport à l’art puisqu’ils sont très souvent illustrés. Et la seconde au livre de bibliophilie, en tant qu’objet d’art, qui sont plus destinés aux lieux d’art comme des galeries. Nous n’aimons pas dire « livre d’artiste », mais plus « livre de dialogue ». C’est un vrai dialogue à trois entre l’écrivain, l’artiste et l’éditeur qui met en forme. »

A Fata Morgana, le livre est élevé au rang d’art ! Typographie sur beau papier, textes courts mais atypiques, ce qui importe, c’est la qualité à la fois de la forme et du fond : « Cela fait plus de cinquante ans que nous faisons un effort sur la typographie, sur le choix du papier. C’est une sorte d’alchimie à trouver entre tous les participants au livre. »

Aujourd’hui, le catalogue de Fata Morgana compte environ six-cents livres, avec trente nouveautés par an. La maison d’édition publie des auteurs consacrés comme Paul Valery ou Marguerite Yourcenar, mais aussi des oubliés. Des écrivains contemporains ont également publié à Saint-Clément-de-Rivière, comme Christian Bobin qui publia six livres avant d’aller chez Gallimard.

TL