L’exposition Qalqalah قلقلة plus d’une langue regroupe des œuvres diverses comme des photographies, des vidéos, des sculptures, et des installations sonores et graphiques qui se répondent à travers des langues multiples.

Une langue peut être maternelle, adoptive, étrangère, morte, vivante… Comment se parler ? Comment s’entendre ? Comment se comprendre, ou au moins concevoir ? Derrière les langues se cachent souvent des problématiques pluriels qui peuvent être politiques, sociales, mais aussi artistiques. Une œuvre aussi utilise aussi sa propre langue pour nous raconter une histoire. Celles-ci vont tenter de nous les donner à voir et à entendre.

L’association à but non lucratif QALQALAH قلقلة  a été fondé par la curatrice chercheuse et traductrice Virginie Bobin et la curatrice et enseignante Victorine Grataloup. Cette association rassemble des artistes, des théoriciens, des chercheurs et a pour but de créer une plateforme d’échanges artistiques, de recherche et de traduction à travers un espace éditorial en ligne qui verra le jour en mars 2020. Ses membres sont engagés par les problèmes artistiques, politiques et sociaux, et par les enjeux liés à la traduction et les échanges à travers le langage, plus particulièrement l’anglais, l’arabe et le français. Ces trois langues sont présentes dans l’exposition, chacune avec ses enjeux qui échangent les
uns avec les autres. TL

Du 7 mars au 24 mai au CRAC à Sète.