Exposition Jean-Paul Marcheschi au Musée Paul Dupuy à Toulouse du 6 décembre au 31 mars

Exposition Jean-Paul Marcheschi au Musée Paul Dupuy à Toulouse
Jean Paul Marcheschi, L’Alphabet des astres présentée du 6 décembre au 31 mars 
au Musée Paul Dupuy à Toulouse.
Onze ans après l’inauguration de La Voie lactée dans la station de métro des Carmes, le musée Paul-Dupuy consacre une exposition rétrospective au peintre Jean-Paul Marcheschi sur l’un de ses thèmes de prédilection : les astres et le ciel. Des œuvres inédites côtoieront des grands classiques de l’artiste tels que des Morsures de l’aube ou des sculptures dites Les Immatériaux, mais aussi les maquettes du décor du ballet L’Oiseau de feu créé pour le Théâtre du Capitole en 1995, ainsi que les études “ dripping de feu ” en référence à la technique de l’expressionniste abstrait américain. Deux Lacs, œuvres rétroéclairées se reflétant dans une étendue d’eau, conduiront le visiteur au cœur de la monumentalité de la création marcheschienne. Au total, près de 70 œuvres seront exposées sans compter les fameux Livres rouges, laboratoire de l’artiste, vaste entreprise commencée en 1981 qui constitue la bibliothèque de textes personnels et d’esquisses dans laquelle Jean-Paul Marcheschi puise le matériau des grandes œuvres à venir.
Jean-Paul Marcheschi est né en 1951 à Bastia. Après avoir utilisé les techniques classiques de la peinture et du dessin, il abandonne définitivement le pinceau en 1984 pour le feu, qui sera dès lors son instrument de travail exclusif. À la manière dont Jackson Pollock travaillait la peinture, Marcheschi travaille au flambeau, dans une sorte de ballet qu’il nomme « dripping de feu » en référence à la technique de l’expressionniste abstrait américain. Marcheschi travaille sur de simples feuilles à dessin, recouvertes d’un texte original composé le matin au réveil ou tard le soir dans des moments d’insomnie. Ce texte, préalable indispensable à l’acte de peindre dans lequel Marcheschi se livre tout entier, est une sorte d’écriture automatique à la limite de la conscience. Certaines de ces pages sont conservées et reliées pour devenir Livres rouges, une vaste entreprise commencée en 1981 qui constitue la bibliothèque de textes personnels et d’esquisses dans laquelle l’artiste puise le matériau des grandes œuvres à venir. D’autres feuillets, posés au sol, sont recouverts de cire et retravaillés à la suie pour être assemblés en d’imposantes compositions, certaines mises en eau, les « lacs ».
Exposition du 6 décembre au 31 mars au Musée Paul Dupuy à Toulouse. Tél. 05 31 22 95 40.  www.ampdupuy.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.