Le peintre montpelliérain Max Leenhardt (1853-1941) est à l’honneur tout au long de l’été à Sommières. Reconnu à son époque pour ses toiles, il a longtemps été laissé dans l’oubli. Récemment plusieurs relectures de son oeuvre ont été conduites remettant ainsi en lumière son travail.

Peintre à la gloire nationale au début de sa carrière, grâce à ses compositions sur l’histoire huguenote, la mort de sa jeune femme en couche, le pousse à revenir dans les terres montpellié- raines. Il perd alors son aura et son succès.

À Sommières, c’est l’œuvre paysagiste du peintre qui est mise en avant. Empreints de gravité, on y retrouve les codes bibliques et beaucoup de poésie.

En lien avec cette exposition, et pour la première fois, un livre rassemblant ses oeuvres sera vendu au public. Max Leenhardt, pa- triarche et vagabond a été écrit par le critique d’art Numa Hambursin, directeur du Pôle d’art moderne et contemporain de la ville de Cannes, qui est également l’arrière-petit-fils du peintre.

Plus d’informations : ot-sommieres.com