Georges Brassens terrassant le monstre Covid : l’affiche des Internationales de la guitare en dit long sur cette nouvelle édition ! Construite notamment autour du centenaire du célèbre chanteur sétois, la programmation se veut, comme chaque année, une célébration de la guitare. Autour de grands noms de la musique ou de jeunes talents, les concerts ont tous pour point commun de sublimer cet instrument populaire. Nous avons rencontré Taalat El Singaby, directeur et fondateur du festival, pour discuter de cette 26ème édition.

Comment s’est déroulée l’organisation de cette édition dans le contexte sanitaire actuel ?

Cela ne nous a pas posé de difficultés particulières. J’ai fondé ce festival il y a 26 ans, c’est une machine rodée. Les difficultés se sont plutôt posées en 2020. La crise sanitaire était alors quelque chose de nouveau, de particulier. Le plus difficile était de gérer l’inconnu : c’est comme si vous aviez les yeux bandés et que vous marchiez sur un fil, ça n’est pas très rassurant ! L’année dernière, nous avons dû faire un choix rationnel en prenant pour modèle le pire des restrictions sanitaires et en construisant le festival autour.
Pour l’édition 2021 nous n’avons pas fait d’excès de zèle : nous avons programmé en fonction des restrictions et en prenant en compte les demies jauges. Nous avons dû négocier avec les artistes sur cette base. Pour cette édition, nous n’avons pas fait de concessions, nous sommes restés fidèles à notre ADN.

Cette année, il y a de nombreux rendez-vous autour de Brassens mais également de Manitas de Plata, pouvez-vous nous en dire plus sur la programmation ?

Il y avait deux particularités cette année : le centenaire de la naissance de Brassens et l’hommage à Manitas de Plata. La programmation comporte donc une dizaine d’événements majeurs autour de Brassens à Montpellier, dans sa métropole et même au-delà ! Le point d’orgue de ces hommages, est une création unique comme on sait les faire ! Le chef d’orchestre de cette soirée sera Sanseverino. Autour du centenaire de Brassens, nous avons également travaillé avec une compagnie de danse montpelliéraine qui crée des chorégraphies sur les paroles de Brassens. Elle se produira dans le Jardin des plantes dans le cadre des 24 heures démentes. À Clapiers, Jean-Félix Lalanne viendra avec un projet qui s’appelle Brassens en une seule guitare, un spectacle visuel et original ! Nous avons aussi invité l’incontournable groupe sétois Les amis de Brassens, qui se produira à Mauguio. Et, tous les artistes programmés rendent hommage à Brassens pendant leur concert.
Pour Manitas nous avons fait différemment. Nous avons organisé des atelier sur l’Île de Thau à Sète, là où il est né. Nous avons aussi programmé un concert avec son petit-fils Kema Baliardo à La Grande Motte.
Le reste de la programmation correspond à l’ADN du festival : de la musique actuelle, de la musique du monde, du jazz manouche… On participe aussi au sommet Afrique-France avec deux opérations : Balle Sissoko se produira dans les jardins du MO.CO. à l’occasion de l’exposition Cosmogonies, et l’artiste nigérien Bobino sera au Rockstore. À côté de ces dates liées à des actualités, il y a la programmation normale du festival avec Stephan Eicher, Barbara Carlotti, Thomas Fersen et Thomas Dutronc.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la soirée hommage à Brassens et sur cette création ?

J’ai un affection personnelle pour Georges Brassens et dès le début de l’année, j’ai dit à mon équipe que l’on organiserait un hommage. Je voulais que cet événement lui ressemble à la fois dans les idées, dans l’image et qu’il soit décliné sur toute la programmation. Pour la création, nous avons cherché quelqu’un qui accepte d’être chef d’orchestre, et ça n’était pas facile de trouver ! Sanseverino est un ami. Je l’ai appelé, je lui ai expliqué le projet et il a accepté. Pour endosser ce rôle, il fallait quelqu’un d’aussi fou que Georges Brassens, d’aussi décalé. Ensuite, une fois que l’on avec le chef d’orchestre, il a fallu penser à la composition artistique de la soirée.
Avec lui, nous sommes parti à la recherche d’artistes suffisamment décalés pour faire un véritable hommage à Brassens, à leur manière. Sur scène, il y aura Bénabar, Nina Attal, Hugh Coltman, Jeanne Cherhal, Pur-Sang, Contrebrassens et un invité surprise ! Cette soirée ne sera pas une succession d’interprétations des textes de Brassens mais plutôt tout un concept de mise en scène, ce sera un grand moment ! Le choix des chansons est particulier : on ne va pas tout le temps faire Les Copains d’abord ou À la Claire Fontaine. Nous avons cherchés d’autres morceaux. Nos choix sont ceux de l’audace, d’abord, et de la fidélité à l’esprit de Brassens.

Les concerts

 

  • Jeu. 16 septembre, 20h30, Thibault Cauvin, St-Georges d’Orques. 
  • Jeu. 16 septembre, 18h30, Ballaké Sissoko, jardin du MO.CO., Montpellier. 
  • Ven. 17 septembre, 20h30, The Buttshakers, Marvejols. 
  • Sam. 18 septembre, 20h30, Yamandu Costa, Lattes. 
  • Dim. 19 septembre, 16h, David Lafore, Mrac à Sérignan. 
  • Mar. 21 septembre, 18h30, Nicolas Grosso & Les Zazous Zélés, Hôtel Mercure Comédie, Montpellier. 
  • Ven. 24 septembre, 20h30, Ignacio Maria Gomez, Prades-le-Lez. 
  • Ven. 24 septembre, 20h30, Antoine Boyer & Yeore Kim, Rivesaltes. 
  • Sam. 25 septembre, 24H Dément[es], centre-ville de Montpellier. 
  • Sam. 25 septembre, 20h30, Ninine Garcia, Scène de Bayssan à Béziers. 
  • Ven. 1er octobre, 20h30, Hommage à Georges Brassens, création unique, opéra Comédie, Montpellier. 
  • Ven. 1er octobre, 20h30, Thomas Fersen, Lunel. 
  • Sam. 2 octobre, 20h30, Stephan Eicher, opéra Comédie, Montpellier. 
  • Sam. 2 octobre, 20h30, Les amis de Brassens, Mauguio. 
  • Sam. 2 octobre, 17h, Le jour où le jour s’arrêtera, Lunel. 
  • Mer. 6 octobre, 20h30, Bombino, Rockstore, Montpellier. 
  • Jeu. 7 octobre, 20h30, Barbara Carlotti, au JAM, Montpellier. 
  • Ven. 8 octobre, 20h30, Jean-Félix Lalanne, Clapiers. 
  • Ven. 8 octobre, 20h30, Kema Baliardo, La Grande Motte. 
  • Sam. 9 octobre, 21h, Thomas Dutronc, au Corum, Montpellier

Sanseverino | © Cécile Richard

Stephan Eicher| ©Tabea Hüberli

Plus d’informations : les-ig.com