Un automne international entre Chine et France avec des artistes comme on en aime au Musée chinois du quotidien. Dans l’inédit et l’originalité des matières traitées au fil des envies et des désirs qui se dévoilent progressivement à l’œil. En parallèle, l’éveil de la curiosité avec un colloque qui fait le point sur ce qui passionne tout un chacun : le paysage et sa diversité mystérieuse.

Dong Baichuan fait sa deuxième exposition au Musée chinois du quotidien. Il continue son travail de peintre à l’huile, reprend la tradition vivante d’un courant de peinture dont il est le représentant contemporain : le courant du Lingnan, florissant depuis le 19e siècle dans le sud de la Chine dans les provinces autour du Guangdong.

Son style large épouse une polychromie source de vie et de fertilité qui donne toute son intensité à l’esthétique de ce courant pictural attentif à une nature en phase avec le rythme des saisons. Savant technicien, son cursus aux Beaux-arts de Canton lui permet de maîtriser la diversité des approches de la peinture au lavis autant qu’il a l’opportunité de maîtriser la force occidentale de la peinture à l’huile.

Parmi ses sujets de prédilection, sa province au climat subtropical, favorable à des couleurs fortes et à un environnement aux formes parfois extravagantes. Deux artistes français, Irène Faivre, peintre de monochromes qui disent les métamorphoses de l’indicible et Laurent Fau, plasticien et archéologue aux frontières d’un matériau, le béton qui sait devenir pierre de nouveaux univers, présentent leurs œuvres, des peintures sur toile et paysages de rêve sur béton, en complément à l’œuvre de cet artiste chinois.

Plus d’informations : omarchesdupalais.fr