Jusqu’en mars 2023, le musée de Cahors propose une nouvelle exposition temporaire dédiée à l’œuvre de la reine Margrethe II de Danemark. Car, au-delà de son rôle de monarque, la reine est aussi une véritable artiste à l’univers riche et aux techniques diverses. Un ensemble artistique dont rend compte l’exposition du musée de Cahors. 

Pour l’une de ses premières expositions temporaires depuis sa réouverture, en mai dernier, le musée de Cahors éveille la curiosité. Mais quel peut donc être le lien entre la ville lotoise et la reine Margrethe II de Danemark ? C’est pourtant bien la production artistique de la monarque que les salles d’exposition temporaire présentent jusqu’en mars. Une exposition exceptionnelle à plus d’un titre.

D’abord, parce que l’artiste est reine et donc la cheffe d’État d’un pays de plus de cinq millions d’habitants. Une reine qui, malgré sa fonction et un agenda chargé, a depuis de nombreuses années, réussi à aménager son emploi du temps afin de consacrer, au moins une fois par semaine, plusieurs heures à ses activités artistiques, soit dans son atelier du palais d’Amalienborg, soit au château de Fredensborg au nord de Copenhague. Sans oublier le château de Cayx, près de
Cahors, domaine viticole que la Reine et son époux le prince Henrik avaient acheté en 1974, et dont on découvrira dans cette exposition quelques vues peintes par la Reine lors de ses multiples séjours. Témoignage de l’attachement de la Reine à cette région, à sa nature et à ses paysages, à l’image du peintre Henri Martin.

La ville de Cahors, et son musée, rendent ainsi hommage aux liens étroits qui existent entre la famille royale danoise et le département du Lot depuis des décennies, et plus largement entre le Danemark et la France. Un hommage également
au jubilé de la Reine qui célèbre cette année ses 50 ans de règne.

Mais si cette exposition est exceptionnelle, c’est aussi du fait du talent de la Reine. Un talent éclectique, divers, fait de périodes différentes et de motifs parfois peints en série. La Reine a également utilisé avec bonheur la technique des découpages, créant des mondes oniriques et poétiques, comme ceux consacrés à la Reine des neiges, titre du fameux conte de son illustre compatriote, Hans Christian Andersen.

Plus d’informations : museehenrimartin.fr