Art Montpellier : L’Art-vues met en avant un jeune artiste

À l’occasion du salon Art Montpellier, L’Art-vues a choisi de mettre en avant un jeune artiste originaire de Béziers. Âgé de 27 ans, Stéphane Soum n’est peintre que depuis deux ans mais possède déjà un univers bien défini et reconnaissable. Formes géométriques et couleurs vives forment la plupart de ses compositions, parfois dérangées par l’intervention du peintre lui-même. Pour mieux comprendre son travail, Stéphane Soum a répondu à nos questions. 

Vous êtes peintre depuis deux ans, quel a été votre parcours ? 
J’ai été golfeur professionnel pendant deux ans, mais suite à une blessure j’ai été obligé de m’arrêter. Je me suis donc tourné vers ma deuxième passion : l’art. Cela fait maintenant deux ans que je suis peintre. Mon père a été artiste pendant 25 ans, j’ai été élevé dans l’art. J’ai toujours aimé dessiner et peindre. 

Votre univers est très coloré et graphique : comment pensez-vous vos oeuvres ? 
Je suis très sensible à la couleur et je suis aussi un grand fan de mathématiques. Ce sont ces deux passions que je transpose dans mon art. Tout est très géométrique, très carré. D’ailleurs, beaucoup de tableaux suivent des rapports mathématiques. Par exemple, l’une de mes séries regroupe plusieurs toiles qui représentent la Suite de Fibonacci. D’un autre côté, mon esprit peut aussi être chaotique : c’est de là que vient l’abstraction. Je représente la dualité de mon esprit qui peut aussi être la dualité de l’univers, de la nature. C’est ce qui peut mener à la confrontation ou bien un équilibre. 
En ce qui concerne les couleurs, elles sont très vives mais ça reste contrasté. J’utilise beaucoup de gris, du noir, du blanc. Cela permet de ne pas être agressé par trop de couleurs. J’essaie de trouver le bon équilibre. 

Quelles techniques utilisez-vous pour vos tableaux ? 
Tout est composé par ordinateur. Les dessins géométriques sont directement dessinés par ordinateur grâce à des logiciels. Les parties plus abstraites de mes oeuvres elles sont d’abord peintes à la main sur des calques. Ils sont ensuite scannés puis intégrés à l’ordinateur. C’est comme ça que je compose. Les toiles sont faites à partir d’impressions numériques sur aluminium et vernies par-dessus. 

Pourquoi se tourner vers les outils numériques pour créer ? 
La technologie offre des possibilités de création plus importantes qu’avec seulement la main. Ce qui est aussi bien avec un ordinateur, c’est que l’on peut se tromper. On efface, et on recommence. J’aimerais également créer des formats plus grands, et le numérique me permet cette liberté. 

En plus de ces grands formats, avez-vous réfléchi à d’autres formes pour vos créations ? 
J’ai déjà essayé de décliner les motifs sur un tapis. Je pense que je pourrais essayer sur d’autres supports comme du verre, ça pourrait être très beau. 

Propos recueillis par Eva Gosselin. 

Retrouvez l’univers de Stéphane Soum : www.soum-art.com 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.