Sélectionner une page

Entre un mur de fours à micro-ondes béants et un pan de self-service rappelant toutes les cantines de tous les collèges de France, une assiette géante occupe le centre de la scène, avec couteau géant et fourchette géante : tout, à l’adolescence, prend d’immenses proportions. Pour les quatre jeunes acteur·ice·s qui vont prendre la parole, tout est violent : ce qu’on veut leur faire avaler ou leur faire cracher, ce corps qui pousse sans savoir où il va, ces normes que les groupes ou les « adultosaures » posent comme condition à leur inclusion, la honte née d’un bouton, d’un poil, d’un désir ou d’une origine.

Rébecca Chaillon prend tout cela à bras-le-corps. Sans tabou, à grand renfort de maquillage, de nourriture et de poèmes autofictionnels, elle délivre une suite de scènes explosives et hilarantes où l’adolescence, souvent forcée à se taire, apprend à se parler.

Plutôt vomir que faillir | Rébecca Chaillon

Plus d'événements