Jeudi 25 novembre, le MIAM et la libraire L’Échappée Belle, à Sète, propose une soirée autour de l’auteur Jacques Henric. Ce dernier viendra faire la lecture de son dernier livre La nuit folle. Un événement qui se déroule en immersion dans l’exposition Psychédélices. 

Une soirée singulière se déroule le jeudi 25 novembre, à partir de 18h, au Musée des arts modestes de Sète. En partenariat avec la librairie L’Échappée Belle, le musée a invité l’auteur Jacques Henric à venir lire des passages de son dernier livre La nuit folle. Une lecture qui se déroulera au sein de l’exposition Psychédélices.

Né à Paris, Jacques Henric passe son enfance à Maintenon en Eure-et-Loir, avant d’étirer à l’Ecole Normale d’Instituteurs de Châlons-sur-Marne de 1954 à 1958. Enseignant pendant dix ans, il public ses premiers écrits dans la presse communiste, notamment Les Lettres françaises, dirigé alors par Aragon. Dans les années 1960, il rencontre le groupe Tel Quel. Les Editions du Seuil publient ses trois premiers romans, Archées (1969), Chasses (1975) et Carrousels (1980).

La Nuit folle, Editions du Seuil 

 » Le 27 mai 1918, Joë Bousquet, jeune soldat de vingt ans et futur Grand poète, reçoit une balle qui le laisse paralysé et impuissant à vie. Un jour de mai 1932, un écolier de sept ans et demi, Jacques Lusseyran, futur Grand héros de la Résistance, perd à jamais l’usage de ses yeux. Le 3 octobre 2018, le narrateur de La Nuit folle a son œil droit qui explose alors qu’il se dirige en voiture vers un des lieux où vécut le Grand poète infirme.
« J’aime les hommes qui tombent », écrivait Melville. Comment, où et quand tombent-ils, les hommes ? Ce roman est un exercice d’admiration, pour les hommes entrés dans la nuit lumineuse ; pour les femmes de la nuit, héroïnes porteuses de leur propre lumière.
La Nuit folle est aussi une interrogation sur le mal. La nuit peut être rendue folle par la guerre, par le sexe, par la drogue. Cloîtré dans sa chambre de Carcassonne, Bousquet reçoit des jeunes filles pour des rencontres mystérieuses. Il se passionne pour lafin’amor et le récit des prouesses sexuelles du Grand troubadour Guillaume IX, duc d’Aquitaine. Jacques Henric est amené à porter un nouveau regard sur le récit de la femme aimée, La Vie sexuelle de Catherine M. »

Plus d’informations : miam.org