Conférence « Je suis né Étranger » aux Abattoirs Musée-FRAC Occitanie Toulouse

Dans le cadre des Jeudis des Abattoirs et à l’occasion du Week-end des FRAC, les Abattoirs Musée-Frac Occitanie Toulouse organisent le jeudi 14 novembre, une rencontre-conférence, rétrospective du cycle d’art contemporain « Je suis né Étranger » dont les thématiques questionnent la création et la vie en exil, à la lumière de l’actualité française et internationale.

Naît-on étranger ou le devient-on ? Pour qui est-on un étranger ? Si beaucoup de départs sont dictés par le cours de l’histoire, lorsque nous voyageons, que ce soit pour la vie ou pour une heure, nous pouvons tous ressentir ce qu’est être “un étranger parmi les hommes” (Albert Camus).

Au début de l’année 1939, 500 000 réfugiés espagnols traversent les Pyrénées pour fuir le régime de Franco au terme de trois années de guerre civile. L’Occitanie est profondément marquée par l’exil espagnol. Plusieurs camps de réfugiés sont installés sur son territoire, que ce soit sur les plages du Roussillon ou dans les campagnes. De nombreux exilés, parmi lesquels des artistes, s’établissent durablement et constituent des communautés. Beaucoup d’entre eux s’engagent ensuite dans la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale.

Prenant comme point de départ l’exposition Picasso et l’exil. Une histoire de l’art espagnol en résistance (site des Abattoirs du 15 mars au 25 août 2019), le programme Je suis né étranger, composé de plus de 60 artistes, à parité, de 29 nationalités différentes, revient sur ce pan de l’histoire,  et questionne à la lumière de l’actualité, la création et la vie en exil.

“Né.e.s de l’exil”, “Marcher pour vivre”, “Paysages de l’exil” et “La Traversée” sont les quatre grands thèmes développés dans cet ensemble de vingt-cinq expositions.

Exilés eux-mêmes, issus de familles ou de peuples exilés, ou témoins de cette histoire, les artistes de ce programme travaillent sur le départ, le ­déplacement, le déracinement et le ­ré-enracinement, ou encore les combinaisons humaines et culturelles inattendues nées de la rencontre entre le migrant et celui qui l’accueil. Ainsi ces œuvres à la résonance politique s’ancrent dans l’histoire d’un pays, d’un lieu, et dans une réalité humaine universelle.

La sélection proposée entend valoriser la collection des Abattoirs et les collections publiques françaises, tout en s’appuyant sur des productions d’artistes invités aussi bien régionaux qu’internationaux.

Les Abatoires musée FRAC Occitanie – 76 allée Charles-de-Fitte à Toulouse
Rencontre/conférence le jeudi 14 novembre 2019.

Exposition de mars à décembre 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.