Il n’est pas facile de rendre sensible au plus grand nombre l’art que l’on dit encore contemporain. Il faut peut-être chercher à initier le public progressivement et l’ingéniosité de Numa Hambursin aura consisté à proposer des expositions émanant à la fois d’artistes incontestables sur le plan international (Ocampo, JonOne, Toguo) ou national (Garouste, Desgrandchamps, Combas, Di Rosa) et pourtant à même d’être acceptés des supposés profanes. Et le tout dans un lieu d’autant plus emblématique de la ville de Montpellier qu’il la domine, et peut se repérer d’un peu partout : l’ancienne église Ste Anne. Cela ne signifie en rien que les œuvres présentées soient d’une décence ou d’une retenue irréprochables, il s’en faut. Et ce devrait être le cas avec l’un des allemands les plus significatifs de ces trente dernières années, marquées par le triomphe de Beuys, des nouveaux fauves, de Richter, Bazelitz, Kiefer et donc de Jonathan Meese, sans doute le plus turbulent de tous. Artiste multi disciplinaire (théâtre, installation, vidéo…), Meese est essentiellement connu pour sa peinture, qu’il conçoit comme un territoire à remplir, non sans provocation, démesure ou esprit transgressif. Au carré Ste Anne, il entend ainsi rendre hommage à l’enchanteur Merlin, et l’épée Excalibur (Parsifal n’est pas loin, ni l’esprit wagnérien qu’il suppose), mais aussi au protagoniste d’Orange Mécanique (hanté, pour qui s’en souvient par la 5ème de Beethoven) et à ses inclinations sadiennes. On aura compris que l’esprit allemand plane sur cette œuvre mais, si l’artiste aime à jouer les dictateurs, c’est dans un esprit de dérision et d’autocritique. Les toiles sont immenses, et Meese les conçoit comme un plan où toutes les images, mais aussi les écritures, et bien sûr les expressions gestuelles, seraient rendues compossibles. Un peu à l’instar de la réalité actuelle où nous sommes assaillis d’informations, de références, d’interpellations, d’accusations, de demandes, et le tout sans avoir le temps de réfléchir, à toute vitesse. Une peinture de notre temps que nous sommes ravis d’annoncer en avant-première, et en guise de cadeau de Noël. BTN

 A découvrir Du 15 février au 30 avril, Carré Ste Anne, 2, rue Philippy, Montpellier 0467608211