Ces deux lieux, Le Lieu Multiple et la Galerie 5, d’ailleurs partenaires, participent du regain d’activité en centre ville, avec la nouvelle galerie de Clémence Boisanté et la récente de Samira Cambie.

Si la Galerie 5 comporte un aspect commercial, c’est la boutique idéale pour trouver des cadeaux d’artistes sans attendre les fêtes, Le Lieu Multiple se voue plutôt aux expositions temporaires, entérinées pour l’occasion par la parution de livres d’artistes en collaboration avec eux (René Pons et Christian Skimao).

Dominique Lonchampt ouvre la saison d’automne avec une intervention qui pique à la fois la curiosité et nos plaies les plus vives, avec son « aiguillon de l’inquiétude » puisqu’elle s’alarme de la disparition souvent annoncée des abeilles, du fait des trop nocives activités humaines. Des dessins entérinent sa réflexion qui met en évidence la perfection des formes naturelles produites par cet insecte industrieux, à l’origine d’une géométrie inventive avec ses alvéoles.

Montaigne ne rappelle que trop, dans son apologie de Raymond Sebond, l’infériorité humaine sur les productions du monde animal. Mais c’est surtout le polyèdre de la fameuse gravure de Dürer qui habite la méditation de Dominique Lonchampt, sans doute parce qu’il traduit l’ambition humaine de dominer la nature sans pour autant obtenir une once de satisfaction définitive.

Certes une expo qui engendre sans doute la mélancolie, à l’instar de la gravure de Dürer sollicitée, mais qui nous montre la voie des valeurs fondamentales, que l’intelligence humaine se complaît à bafouer et que l’art peut contribuer à marteler.

BTN

Du 14 sept au 1er octobre au Lieu Multiple 3, rue de Moissac à Montpellier.
Tél. 06 07 40 10 16.

Du 13 sept au 5 nov, (avec Cléa Lala et Gilles Bingisser) à la Galerie 5 rue Sainte-Anne. Tél. 09 81 05 39 75.