Occuper les 2000 mètres d’espace, sur deux niveaux, des Abattoirs n’est pas une mince affaire. Cela réclame une grande habileté et relève d’une conception des plus ambitieuses. Ainsi les deux artistes invités, Aurélien Froment, l’homme qui réhabilite le facteur Cheval, et Raphael Zarka aux sculptures documentaires, souvent « ready made », ont-ils profité de l’occasion qui leur était offerte pour pousser leur complémentarité jusqu’aux confins du collectif, sollicitant des grands noms de la science ou de l’art en relation avec leurs propositions spécifiques.

L’expo se lit en effet de manière tripartite : comme la présentation d’œuvres singulières de chacun des deux comparses, en tant que conception duelle les deux artistes devant partager un espace de manière cohérente et raisonnée, en misant sur les concomitances, différences et points de ressemblance ; enfin comme un véritable projet collectif convoquant des personnalités aussi diverses (…)

Retrouvez l’intégralité de l’article « Aurélien Froment et Raphael Zarka aux Abattoirs de Toulouse » dans le prochain numéro Décembre 2016-Janvier 2017 de l’Art-vues. Sortie très prochainement.