Sélectionner une page

Sur le sol noir et mat, absorbant la lumière, étouffant les sons, entre un groupe de femmes qui bientôt pleureront des larmes blanches, des larmes de lait, ce lait que leurs enfants auraient bu s’ils étaient encore en vie, et qui inonde à présent la scène. D’image en image, de métaphores en métaphores, de corps inanimés en corps ressuscités, le lieu se morcelle et se transforme en un paysage radieux à force de cris et de chants.

Pour cette pièce, présentée lors du dernier Festival d’Avignon, l’auteur et metteur en scène palestinien Bashar Murkus (dont on a pu voir The Museum aux 13 vents) a décidé de se passer de mots : manière de dire le vertige d’une histoire qui plonge ses racines tragiques dans la nuit des temps, traverse le corps des enfants martyrs, et tord encore le visage des mères survivantes.

 

Photo : © Eid Adawi

Milk | Bashar Murkus

Plus d'événements